Diégèse mercredi 31 juillet 2019



ce travail est commencé depuis 7152 jours (24 x 3 x 149 jours)
et son auteur est en vie depuis 21605 jours (5 x 29 x 149 jours)
2019

ce qui représente 33,1034% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Avec du bleu et d'autres couleurs
211



Daniel Diégèse







Nous pensons que la couleur bleue existe, mais elle n'existe pas, pas davantage d'ailleurs qu'aucune des autres couleurs. Mais, parmi les couleurs, le bleu n'existe particulièrement pas. Jusqu'au Moyen-Âge, il n'existait ainsi pas de terme pour distinguer la couleur bleue, considérée selon les cas comme une nuance de blanc, de marron ou de vert. Le poète le sait bien, qui affirme :

La terre est bleue comme une orange

Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
(...)
Les guêpes fleurissent vert
L'aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres

L'Amour la poésie - Paul Éluard -

Poursuivons sa rêverie, il sera plus aisé de percevoir que le ciel, non plus que la mer, ne sont bleus, et l'une et l'autre, que de manière si fugitive qu'il faut que nous y placions toute notre attention pour pouvoir ensuite nous en souvenir.

C'est ce qui détermine le mieux la couleur bleue, le souvenir.

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu'on dit avec les yeux

chante Christophe en 1974 sur des paroles de Jean-Michel Jarre.

La couleur bleue est la couleur du souvenir. Cette assertion pourrait certes nous informer sur ce qu'est le souvenir, qui ne s'inscrit en fait pas dans un passé historique mais toujours dans une virtualité. Le souvenir est d'emblée ce qui est virtuel et peu importe que les faits évoqués se soient réellement passés. Le souvenir n'est pas un enquêteur de police et il faut beaucoup de volonté pour distinguer le souvenir du fantasme.

La couleur bleue est donc aussi la couleur du fantasme, et c'est pourquoi elle est la couleur que l'on donne au ciel, qui n'a pas de couleur, et la couleur que l'on donne à la mer, qui a trop de couleurs, qu'elle puise dans le ciel. C'est ainsi que la mer puise son abondance de couleurs dans le néant coloré du ciel et que l'on somme ce mouvement : bleu.







page 212
Toute la collection
4ème de couverture


Parmi toutes les couleurs, le bleu tient dans toutes les cultures une place particulière. Est-ce que cela vient de la couleur du ciel ? De celle de quelques fleurs ? Ou encore de ces yeux étincelants qui semblent briller dans le soir ?
Daniel Diégèse, historien épistémologue est allé à la recherche des multiples sens que l'humanité a donnés à la couleur bleue à travers le temps. De ses voyages savants dans les productions artistiques de la terre entière, il revient avec une moisson étonnante de symboles, de légendes et d'œuvres d'art : peinture, littérature, musique... Oui, même la musique a pu s'intéresser à la couleur bleue. On se souvient peut-être encore de « La Java bleue » de Fréhel, et la « note bleue » est cette note abaissée qui traduit la mélancolie, celles des «  diables bleus » ou encore « blue devils anglais », qui, en français, deviennent nos « idées noires ». Car, en effet, le bleu est aussi la couleur de la mélancolie, celle qui fait des « bleus à l'âme ».
Vous ne regarderez plus jamais le ciel d'été de la même façon après avoir lu ce livre.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010