Diégèse dimanche 2 juin 2019



ce travail est commencé depuis 7093 jours (41 x 173 jours)
et son auteur est en vie depuis 21546 jours (2 x 34 x 7 x 19 jours)
2019

ce qui représente 32,9203% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Détrousser les événements 153



Noëmie Diégèse







Je vais à Médan rencontrer Émile Zola. Il est difficile d'imaginer maison plus laide. Tout est disgracieux et l'on imagine quelque architecte fou qui s'est ingénié à contrevenir à toute règle de juste proportion. À tout prendre, le pavillon Charpentier dont la maison est flanquée, et qui accueillit un temps Cézanne, est plus agréable à regarder malgré son incompréhensible double escalier soutenu par une colonnade à quatre piliers. Et encore, il s'agit de la vue du jardin, car, de la rue, l'ensemble pourrait passer pour une école élémentaire, ne seraient-ce les remaniements trop nombreux pour une architecture scolaire. La laideur de la maison de Monsieur Zola demeurera une énigme, qui se résout à l'intérieur. Car, toute la maison ne prend sens que par le vaste bureau aux très hautes croisées qui domine la Seine... et la voie ferrée. C'est là que me reçoit l'écrivain polémiste et fin politologue - comme on dit désormais.

« Monsieur Zola, pensez-vous que la période soit en France bonapartiste ?
- je ne sais pas si elle est bonapartiste ; le terme lui-même est assez ambigu mais, à l'évidence, quelqu'un se prend pour Bonaparte. Le problème vient sans doute que cette personne hésite entre les deux figures historiques : la première, qui est une fulgurance et la seconde, qui est le règne de la force brutale de l'argent assise sur de bons sentiments.
- qui, selon vous, se prend pour Napoléon III ?
- personne ne se prend sérieusement pour Napoléon III. Ce n'est pas un personnage auquel on a envie de s'identifier. On lui préfère évidemment son oncle. Pour autant, ce serait vouloir aujourd'hui s'identifier à un mégalomane paranoïaque que de s'identifier à Napoléon Premier. Quand je dis que quelqu'un se prend pour Bonaparte, il ne faut pas y voir une tentative de décalque, mais plutôt, cette envie de petit garçon d'être un personnage à destin. Voyez, dans les Rougon-Macquart, personne n'a vraiment de destin. Celui qui, dans le premier tome, a un destin, comme le relève le bon Docteur Pascal, c'est le jeune Silvère, assassiné par la Maréchaussée après les émeutes qui ont éclaté après le coup d'État. Vous diriez certainement maintenant qu'il a été victime de la violence policière. À la vérité, il s'agissait d'une exécution sommaire. Nous n'en sommes pas encore là, ou alors, cela ne se sait pas. Cela fait si longtemps que je suis à Médan à lire de mauvais journaux que je ne sais pas bien ce qui se passe à Paris et encore moins à Plassans.
- Mais alors, la période peut-elle être bonapartiste sans Bonaparte ?
- Bien sûr. Cela s'appelle le gaullisme. De Gaulle se prenait davantage pour Jeanne d'Arc que pour Napoléon, qu'il devait trouver en son for intérieur un peu ridicule sinon pathétique. Mais, sa vision de la France et de sa reconstruction, il la partageait avec Louis-Napoléon. La France de 1851 est en retard sur tout. Il faut la moderniser et l'assainir. Le paradoxe impérial aura été d'assainir la France par la corruption. Si De Gaulle, lui-même, n'était pas corrompu, il était entouré de malfrats.
- Vous trouvez que la France est, aujourd'hui encore, corrompue ?
- Elle l'est terriblement. On pourrait même avancer que c'est la patrie de la corruption. Il y a très peu de parties du territoire qui échappent à la corruption. La moindre communauté de communes est un champ intense d'arrangements, de petits passe-droits et de baronnies. Que voulez-vous ? En France, l'idéal est bourgeois et le propre de la bourgeoisie, c'est la corruption.
- Mais comment, de Médan, où vous êtes reclus depuis 1902, pouvez-vous savoir cela ?
- Voyez-vous, chère Madame, je sais lire. C'est parce que je savais lire que j'ai compris que le capitaine Dreyfus était innocent et c'est parce que je sais lire que je sais aussi que certaines décisions prises ces dernières années sont mues par la corruption. La pire des corruptions, d'ailleurs, est celle des esprits. L'affaire Dreyfus l'a d'ailleurs démontrée. Personne n'aurait cru Dreyfus coupable si la France d'alors n'avait pas été largement antisémite. Et l'antisémitisme est une corruption de l'esprit. Aujourd'hui, ce n'est pas un complot que l'on invente pour arriver à ses fins, ce sont cent complots, mille complots, dix-mille que sais-je ? Bismarck, d'ailleurs, ne gouverne que par le complot.
- Bismarck ?
- Excusez-moi. Je voulais dire Trump. »

Monsieur Zola est visiblement fatigué. Je n'aurai pas réussi cette fois encore à lui faire dire qui se prend pour Bonaparte, mais je reviendrai... J'essaierai seulement de revenir avant Sedan.







page 153
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010