Diégèse dimanche 23 juin 2019



ce travail est commencé depuis 7114 jours (2 x 3557 jours)
et son auteur est en vie depuis 21567 jours (3 x 7 x 13 x 79 jours)
2019

ce qui représente 32,9856% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Un régime instable 174



Mathieu Diégèse







Qui sera le ministre de l'intérieur ? Un nom s'impose très vite : celui de Maurice Papon. De 1951 à 1954, il a été Secrétaire général de la Préfecture de police, puis, Secrétaire général du Protectorat au Maroc, puis une sorte de préfet régional dans l'est de l'Algérie. Mais, surtout, il est le Préfet de police depuis mars 1958. Le général Massu n'aime pas particulièrement Maurice Papon. « C'est un caméléon ! » aurait-il dit un jour à l'un de ses collaborateurs qui évoquait son action en Algérie. Pour Massu, en effet, Papon a trop fraternisé avec les Musulmans de Constantine. C'est lui qui a permis que le maire de la ville soit musulman. C'est lui aussi qui y a créé la cour d'appel et pris un musulman pour sous-préfet, le premier de l'histoire française. « Vous le mettez dans un kibboutz, il devient juif. Nous allons prendre le pouvoir et il sera avec nous. Et vous verrez qu'il réussira à apparaître comme un modéré. » Les historiens démontreront en effet que Maurice Papon pouvait côtoyer les pires atrocités et même y être mêlé, voire en être l'un des acteurs, sans que cela parût en aucune façon l'affecter. Mais, ce qui affecte vraiment les hommes est de l'ordre du mystère.

Et, en effet, Maurice Papon est nommé ministre de l'intérieur. Il lui suffit de traverser la Seine, depuis le Quai des Orfèvres, pour la place Beauvau. Il aurait aimé changé la localisation du ministère, car, il se trouve un peu loin du pouvoir. Massu s'est en effet installé au Sénat pour pouvoir faire camper la troupe dans le jardin du Luxembourg, qui est devenu une gigantesque caserne. Massu a fait fermer tout le quartier de l'Odéon, depuis le Carrefour de l'Odéon, à l'arrière du Boulevard Saint-Germain, jusqu'à la Place Edmond-Rostand sur le Boulevard Saint-Michel. La Rue de Condé, la rue Monsieur le Prince et, bien sûr, la rue de l'Odéon, sont fermées à la circulation. Le théâtre de l'Odéon, alors sous la coupe de la Comédie française, est réquisitionné et transformé en tribunal d'exception. On y juge en permanence celles et ceux que l'on nomme « les terroristes algériens ». Quelques photographies montreront plus tard des files de travailleurs immigrés attendant sur le parvis, déposés par des autocars Chausson arrivant de la banlieue parisienne, notamment du bidonville de Nanterre, des Grésillons à Gennevilliers, d'Argenteuil, mais aussi de partout en France. Puis, les mêmes, attendant les mêmes autocars qui les conduisaient dans le camp de Pithiviers, qu'on avait réhabilité à la va-vite pour l'occasion. Les habitants ont l'interdiction de faire des photographies par arrêté du gouvernement provisoire. Beaucoup d'entre eux, d'ailleurs, ont été invités assez fermement à quitter le quartier. « Trop d'écrivains, trop de libraires, trop d'intellectuels ! » aurait dit le Préfet de police qui a succédé à Maurice Papon. « Ces gens-là n'ont jamais apporté à la France que la défaite et le déshonneur. Pour se battre et vaincre, il ne faut jamais trop en savoir. » aurait-il ajouté. C'est sans doute pourquoi, dès son arrivée, le Gouvernement provisoire avait décidé de renforcer la censure, autant sur la presse et les imprimés que sur les livres et le cinéma. Cela a bien sûr suscité de très nombreuses publications clandestines. La Résistance n'était pas si lointaine qu'on ait perdu les bonnes habitudes. Les ouvriers du Livre se firent le malin plaisir de déjouer les oukases du « GP », comme on appelait le Gouvernement provisoire dans les cellules, de la même façon qu'on appelait Massu « Marteau » pour ne pas se faire repérer dans les cafés par les indicateurs, le plus souvent d'anciens collaborateurs planqués qui avaient repris du service.






page 174
Toute la collection
4ème de couverture


Ce livre est un livre politique, mais c'est aussi un roman. On pourrait le qualifier de roman d'anticipation s'il ne se déroulait dans le passé. C'est donc un roman historique qui déroute le temps historique. C'est une « dyschronie. »
Car, Mathieu Diégèse est un drôle d'historien ! Il imagine que le Général de Gaulle, en 1958, a échoué dans la création de la cinquième République française et qu'un régime militaire a pris le pouvoir en France. Cela peut sembler absurde, sauf si l'on se rappelle qu'en 1958, Franco dirigeait l'Espagne, Salazar le Portugal et que les colonels grecs n'instaureront leur dictature qu'en 1967, soit 9 années plus tard.
Alors, le régime militaire français installé, comment règle-t-il la guerre en Algérie ? Que se passe-t-il en 1968 ? Quels sont les hommes politiques qui ont accepté de travailler pour lui ? Comment a évolué la situation des femmes ? Quel sort a-t-il été réservé aux homosexuels ? Et enfin, qui est parvenu à le faire tomber ?
Mêlant l'imagination et des documents authentiques, Mathieu Diégèse dresse le portrait saisissant d'une France dans laquelle toutes les composantes qui avaient permis quelques années plus tôt au régime de Pétain de se mettre en place ont retrouvé de la vigueur comme le devant de la scène. L'effet de réel est terrible, au point que l'on se demande quand on sort si l'on a bien pris son certificat de nationalité française mentionnant les filiations sur trois générations.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010