Diégèse vendredi 3 mai 2019



ce travail est commencé depuis 7061 jours (7 x 1009 jours)
et son auteur est en vie depuis 21516 jours (22 x 3 x 11 x 163 jours)
2019

ce qui représente 32,8267% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Les images des choses sensibles 123



Gustav Diégèse







Maintenant que nous avons montré qu'aucune image ne représente vraiment quelque chose ou quelqu'un et qu'après tant d'autres avant nous, nous avons éloigné suffisamment de notre esprit cette fastidieuse question de la figuration, nous pouvons nous demander, non plus ce que les images représentent, donc, mais ce qu'elles représentent pour nous.
Au commencement, aucune image ne nous est attachée et nous ne sommes attachés à aucune image. L'image photographique numérique a estompé le temps de la gestation de l'image et de son cérémonial particulier. La performance la plus aboutie de ce cérémonial était et demeure très certainement la cabine délivrant des photographies d'identité. La numérisation des documents officiels va certainement faire disparaître progressivement ce type de cabines que l'on trouve encore dans les gares et même les stations de métropolitain. Tant qu'elles existent encore, sachons profiter le plus souvent de la voix synthétique qui débite des consignes très autoritaires, du grincement du tabouret à vis qui permet de caler ses yeux, son nez et sa bouche dans le gabarit qui apparaît sur l'écran, puis du flash agressif qui va immortaliser le visage que vous avez ce jour-là, quand il ne faut pas sourire, quand il faut être inexpressif et ne rien laisser paraître d'autre que ce portrait-robot qui demeurera sur un passeport, une carte d'identité, un permis de conduire, pendant des années, parfois toute une vie humaine. Mais, l'acmé de cette expérience incomparable, c'est l'attente, qui semble toujours interminable, à l'extérieur de la cabine, devant une sorte d'orifice dont va sortir ce qui est supposé vous représenter. Il s'agit bien là de l'accouchement de votre image officielle, de celle qui va se lier avec vos nom, prénoms, date et lieu de naissance, de votre taille aussi, en fonction du document officiel auquel l'image est destinée. Qui n'a jamais attendu fébrilement cette image qui, toujours, à l'instant où elle paraît, est décevante sinon grotesque ? On la cache, de peur que la passante ou le passant ne la voie et se moque.

Cette même image, des années plus tard, on la considérera avec tendresse : « j'étais jeune ! » avouera-t-on, vaguement penaud de s'être trouvé si laid.







page 121
Toute la collection
4ème de couverture


Pourquoi aime-t-on une image ?
Et d'ailleurs, pourquoi aime-t-on les images ?

Gustav Diégèse nous propose dans son dernier ouvrage des réponses poétiques. À partir d'un corpus personnel d'images souvent abstraites, très picturales, il nous conduit avec assurance et bienveillance dans les méandres de son imaginaire visuel. Et la promenade est passionnante.
Mais, ce voyage est aussi une randonnée dans l'art. N'aurait-on jamais compris, voire admis l'abstraction en peinture qu'après la lecture de Gustav Diégèse, on aura compris, comme Malraux avant lui, que l'on ne voit que des choses abstraites. La figuration est d'un autre ordre qui n'est pas de l'ordre visuel.
Ce recueil d'images et de textes est un parfait compagnon de voyage et de méditation. Il vous vaudra des instants de silence, de ceux où l'on reprend sa respiration et pendant lesquels il ne demeure que le sentiment, unique, précieux et fragile, d'être en vie.
Lisez Gustav Diégèse, cela vous fera sans nul doute beaucoup de bien.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010