Diégèse mercredi 13 mars 2019



ce travail est commencé depuis 7012 jours (22 x 1753 jours)
et son auteur est en vie depuis 21465 jours (34 x 5 x 53 jours)
2019

ce qui représente 32,6671% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Ce n'est pas la vie 72



Daniel Diégèse







Pourquoi montre-t-on encore la trombine des romanciers et des romancières, au point qu'au-delà d'un certain seuil de notoriété, c'est cette trombine qui est principalement utilisée pour faire la publicité de l'ouvrage ? En effet, on pourrait penser que les marqueurs incitatifs à l'achat puis à la lecture du livre sont assez nombreux sans y ajouter un portrait photographique de l'auteur.e. La renommée de l'éditeur, les signes distinctifs de la collection, le design graphique de la couverture, etc. pourraient être des éléments suffisants... Le titre lui-même ne fonctionne-t-il pas une sorte de slogan d'appel qui quémande une lecture ? Bien sûr, le nom de l'auteur.e peut être décisif quand la notoriété en est établie. Et puis, évidemment, il y a, pour peu que l'on puisse retourner l'ouvrage, la quatrième de couverture, texte d'un genre particulier, qui, en librairie, doit emporter la décision en moins d'une minute de lecture. Tout cela fait déjà beaucoup d'éléments, et même parfois trop, alors, pourquoi y ajouter la trogne - comme on disait avant - de l'auteur.e ?

Après avoir regardé beaucoup de ces photographies où l'auteur.e se fait femme ou homme sandwich de se propre œuvre, effigie, parfois étendard, puis, immanquablement, cénotaphe, on peut tenter de dégager quelques éléments structurels de ces images. Il y a d'abord le regard. Un.e écrivain.e, c'est d'abord un regard. Sur de très nombreux clichés, ce regard est curieusement à la fois interrogatif, craintif et vaguement douloureux. Qu'est-ce que cela veut nous dire ? SENSIBLE ! l'écrivain.e est doté.e d'une sensibilité particulière, hors du commun. Elle, il, ont enfanté pour vous cette œuvre dans les affres et la douleur de la création. Vous n'allez quand même pas refuser un tel don, qui plus que le don d'un texte est le don de soi ? Dès lors, bien sûr, ce qui résonne d'emblée à l'oreille sarcastique, c'est justement la voix du théoricien de la mort de l'auteur : Roland Barthes. « Qu'est-ce que j'en ai à faire de ton don ! Ton-don devient le nom-farce du cadeau amoureux. » Le mot est lancé : « amoureux. » L'auteur.e de roman est un être ultra-sensible, écorché.e vi.f.ve, mais, c'est surtout une amoureuse, un amoureux, car, le roman, est malgré tout toujours un roman d'amour. Cette photographie, elle dit : « je suis amoureux.se. Tombe amoureux.se de moi. » Il ne s'agit plus d'un livre, il s'agit d'un philtre d'amour.







page 72
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010