Diégèse jeudi 14 mars 2019



ce travail est commencé depuis 7013 jours (7013 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 21466 jours (2 x 10733 jours)
2019

ce qui représente 32,6703% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Le printemps avance doucement 73



Noëmie Diégèse







Le cas de Monsieur L. La mesure de l'écart et de la variabilité entre l'âge et l'âge perçu : EVAAP


Monsieur L. est de ceux dont on entend souvent dire que l'on ne saurait pas lui donner d'âge. Les personnes interrogées à son sujet ont estimé qu'il avait entre quarante et soixante-dix ans.

C'est ici que je vais faire intervenir la notion d'écart et de variabilité entre l'âge et l'âge perçu. C'est très simple. l'État-civil attribue une date de naissance qui permet à chacune et à chacun de calculer son âge. On entraîne d'ailleurs les enfants dès leur plus jeune âge à faire ce calcul et à éprouver de la fierté à savoir le faire. Les anniversaires, célébrés à chaque année calendaire, renforcent cet entraînement dont il faut bien comprendre qu'il s'agit aussi et d'abord d'un conditionnement. La coutume provient de pratiques magiques et propitiatoires qui remontent à la nuit des temps. L'anniversaire est une fête qui vient compenser la peine que chaque être pourrait ressentir à l'idée qu'elle ou il s'est encore approché.e un peu plus de la mort. Certes, mais chrono-biologiquement, il apparaît que c'est aussi une pratique qui, au sens propre, fait vieillir.

On a ainsi observé partout en Europe deux cohortes d'hommes et de femmes. La première est connue sous le code F.S.A pour : fête-son-anniversaire et l'autre sous le code N.F.P.S.A. Ce dernier, vous l'aurez compris, signifie : ne-fête-pas-son-anniversaire. Ces deux cohortes ont été observées sur une période de dix ans. Le protocole d'étude était simple : photographie anthropométrique du visage, du buste et en pied ; analyses complètes de la formule sanguine ; interrogatoire serré sur le mode de vie ; évaluation de la libido et des pratiques sexuelles ; mesure de la densité osseuse ainsi que quelques autres examens qui ne seront pas détaillés ici. Les résultats sont troublants. la mesure de l'EVAAP des F.S.A et des N.F.P.S.A affiche un écart-type de 5 ans de plus en faveur des F.S.A. Pour être plus claire, les personnes qui fêtent leur anniversaire font en moyenne cinq ans de plus que celles qui ne le fêtent jamais. Ces dernières ont aussi une libido plus affirmée et des pratiques sexuelles plus fréquentes et satisfaisantes. Un dernier résultat doit être pris avec beaucoup de précautions : la division cellulaire. S'il était avéré que la division cellulaire est plus intense chez les N.F.P.S.A, celles-ci et ceux-ci pourraient être plus affecté.e.s par des maladies cancéreuses. Cela n'a cependant pas pu jusqu'à présent être prouvé.


Cette découverte est fondamentale, car, on croyait jusqu'à présent que l'âge perçu dépendait largement de la génétique et de l'apparence. Il en dépend peut-être, mais il dépend surtout du comportement intime et vital.  Ira-t-on jusqu'à penser que nos comportements ont une influence sur nos gènes ?







page 73
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010