Diégèse mardi 19 mars 2019



ce travail est commencé depuis 7018 jours (2 x 112 x 29 jours)
et son auteur est en vie depuis 21471 jours (3 x 17 x 421 jours)
2019

ce qui représente 32,6859% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Il faudrait pouvoir se rappeler précisément les jours de pluie 78



Mathieu Diégèse







La pluie formait sur le chemin carrossable une grande flaque d'eau. C'était une de ces flaques qui ne veut pas en rester à sa condition de flaque, cette condition incidente et gênante vouée à l'assèchement après n'avoir procuré que des inconvénients. Elle était alimentée par les ravines du coteau qui la surplombait par mille ruisseaux éphémères et improvisés qui, chacun, traçait son chemin de pluie dans la garrigue. Cette flaque ne comprenait pas pourquoi d'elle on faisait grand-cas, les promeneurs râlant et inventant des subterfuges pour l'éviter, et les rares véhicules ne la laissant pas suffisamment en paix pour que se déposât en son fond le limon qui la troublait. Elle valait bien un lac ou au moins un étang et pouvait, elle aussi, attraper le soleil quand il revenait. Les animaux ne s'y trompaient d'ailleurs pas qui, en ces contrées sèches, venaient parfois y boire le soir venu. Certains oiseaux s'y baignèrent même sans qu'on pût cependant l'attester. Mais, peu importait. Il fallait qu'elle disparût, gênant moins la circulation qu'elle semblait dénoncer le manque d'entretien du chemin et qu'elle tachât surtout de boue tout ce qui l'approchait de trop près.

La flaque était vouée à disparaître à plus ou moins long terme. Elle se consolait se disant qu'elle ne serait pas le premier lac qu'on assécherait.

Un enfant passa, pressé sans l'être comme l'est le jeune âge, occupé de tout et de rien, allant ne sachant où avant de revenir. Il la considéra, d'emblée ne lui niant en aucune manière sa nature lagunaire et la jugeant dans l'ordre des flaques, des étangs et des lac d'une importance certaine. Mais, ce qui le frappa, c'était moins la flaque que ses eaux prisonnières et qu'une méchante vasque creusée dans le chemin arrêtait le ruissellement de l'eau gorgée de bruyère, de thym et de romarin sauvage. Il étudia d'un œil averti la géologie du lieu, s'empara d'un bâton, déçu ne de pas avoir pensé à prendre avec lui un outil plus solide. Le remblai lui permettait d'imaginer un canal qui déverserait dans la pente en aval. Il s'y employa. Après quelques minutes, le mouvement s'amorça et l'eau circulant paracheva son œuvre. Peu à peu, la flaque s'y vida, libérée de son eau. Disparue, elle était aussi libérée du peu de considération dans laquelle elle avait été tenue.







page 78
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010