Diégèse dimanche 10 novembre 2019



ce travail est commencé depuis 7254 jours (2 x 32 x 13 x 31 jours)
et son auteur est en vie depuis 21707 jours (72 x 443 jours)
2019

ce qui représente 33,4178% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




En dire du bien 314



Mathieu Diégèse







Nous terminerons cet ouvrage par un recueil inattendu de récits hagiographiques qui ont été parmi les plus difficiles à recueillir et que nous avons rassemblés dans un chapitre intitulé : « Les bons Voisins ». Nous avons parcouru des kilomètres et des kilomètres à travers la France, dans les villes, les banlieues, les campagnes, et aussi les pseudo villes, les pseudo banlieues et les pseudo campagnes, pendant des jours et des jours, pour recueillir pour cet ouvrage moins d'une dizaine de récits de personnes disant du bien de leurs voisins.

Bien sûr, il ne s'agissait pas seulement de trouver des personnes capables d'émettre une opinion vaguement positive ou positivement évasive du type : « ils sont gentils ; ils sont serviables ; un jour il m'a aidé à sortir le pack d'eau minérale du coffre de la voiture alors que j'avais une élongation à l'épaule droite. » Ce type de témoignages, nous en avons des centaines et nous pourrions en avoir encore davantage. Nous voulions d'autres récits, qui exaltent particulièrement les qualités morales d'une voisine ou d'un voisin.

« Devant l'immeuble, les places de stationnement sont comptées. Il n'y a aucune forme de réservation possible. C'est le premier arrivé qui se gare le premier. Bien sûr, quand on revient des courses, il est toujours possible de décharger le coffre de la voiture en se garant en double file. Les enfants gardent les courses sur le trottoir ou dans le hall de l'immeuble jusqu'à ce que l'on ait trouvé une place pour se garer. Cela prend parfois un bon quart d'heure, sinon davantage. Il y a aussi le fait que certaines places de stationnement sont à éviter. Par exemple, se garer derrière l'immeuble E, c'est avoir l'assurance que la voiture sera abîmée, même si c'est une voiture de la cité. À chaque fois qu'il y a eu des voitures brûlées, c'était derrière l'immeuble E. Personne n'a jamais vraiment compris pourquoi. L'immeuble E n'est pas pire que l'immeuble A ou B. On n'a jamais trouvé qu'une seule explication : il n'y a pas d'immeuble F. L'immeuble E est donc le dernier immeuble par ordre alphabétique et cela suffirait à le déclasser. Moi, je rentre assez tard du travail. Mes horaires sont décalés. Les enfants sont à la garderie, mais c'est la voisine du dessous qui va les chercher et qui les garde jusqu'à ce que je rentre. Mais, il y a quelque chose d'incroyable, quelque chose qui est presque devenu légendaire dans la cité : quand je rentre, il y a une place libre devant l'immeuble. Ce n'est pas toujours la même, mais il y en a toujours une libre. Si bien que j'ai commencé à croire que j'avais vraiment de la chance, ou mieux, que je bénéficiais d'une protection divine particulière. Un jour, mon plus grand fils a eu dix-huit ans et il a passé son permis de conduire. Un autre jour, j'étais souffrante et j'ai prêté la voiture à mon fils. Le soir, vers 19 heures, j'ai attendu à la fenêtre qu'il rentre comme il l'avait promis. 19 heures, c'est l'heure à laquelle je rentre d'habitude. Et, peu avant l'heure, j'ai vu la voisin du deuxième étage sortir de l'immeuble, entrer dans sa voiture et la déplacer. Quand mon fils est arrivé, quelques minutes après, il a pu garer la voiture devant l'immeuble. Et c'est alors que j'ai compris. Pendant toutes ces années, mon voisin du deuxième, tous les soirs de la semaine, avait déplacé sa voiture pour me laisser la place parce que je marche difficilement. Il n'en a rien dit. Les autres voisins n'en ont rien dit non plus, mais personne n'aurait profité de la place vide. Je ne l'ai pas remercié. Cela aurait été embarrassant pour lui comme pour moi. »







page 314
Toute la collection
4e de couverture


On n'a jamais autant écrit. Tous les genres littéraires sont réhabilités. Tous, ou presque. Certains ont plus de succès que d'autres, parmi lesquels le pamphlet et la diatribe. Ce dernier est d'ailleurs un genre qui, dès lors que le texte en est publié électroniquement, agglutine les fautes d'orthographe et les incorrections syntaxiques de manière souvent surprenante, s'éloignant ainsi de manière radicale des textes produits par les Cyniques et les Stoïciens. Il est cependant un genre particulier qui n'a plus de succès, au point qu'on en cherche en vain les occurrences : l'hagiographie. D'ailleurs, Huysmans regrettait en son temps, déjà, que le genre eût disparu, en tant qu'ouvrage consacré à la vie des saints. Certes, on objectera qu'il y a bien des textes hagiographiques, produits à des fins de propagande. Cela est différent. Ils sont hagiographiques, au sens second. Ce ne sont pas des hagiographies. Il s'agira donc, dans ce livre de l'épistémologue et philosophe Mathieu Diégèse, de réhabiliter l'hagiographie comme genre littéraire, et donc de produire des textes qui disent du bien de quelqu'un ou de quelque chose à d'autres fins que celle de l'édification.
Voici un livre réjouissant et apaisant. Assurés que l'auteur ne poursuit d'autre but que celui de saluer des réalisations et des personnes, on demeure confiants, on mesure la place et le rôle du bien dans le monde et l'on se prend ensuite à regarder celui-ci avec plus de bienveillance et à trouver que, malgré les adversités de la condition humaine, tout ne va pas si mal.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010