Diégèse mardi 12 novembre 2019



ce travail est commencé depuis 7256 jours (23 x 907 jours)
et son auteur est en vie depuis 21709 jours (17 x 1277 jours)
2019

ce qui représente 33,4239% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Le hasard de parapluies fous 316



Daniel Diégèse







C'est leur dernière nuit dans leur appartement de la Joliette. L'arrêté de péril a été publié la semaine précédente, leur laissant cinq jours ouvrés pour déménager. Fort heureusement, ils avaient prévu cela. Ce n'était pas très difficile. Cela faisait plus de dix ans que des sites internet cartographiaient la montée des eaux le long des côtes du fait du réchauffement climatique. On savait donc parfaitement que toutes les installations du port de la Joliette, réhabilitées en zone touristique dans les années 2010 seraient recouvertes un jour par les eaux. Mais, à Marseille, on pense toujours que le temps ne passe pas et que les prévisions et les statistiques sont à l'usage exclusif du nord de la Loire. Et encore, la Loire est un fleuve exotique. On admet le plus souvent que les statistiques valent pour le nord de l'Huveaune, du nom de ce petit fleuve qui prend sa source au nord d'Aubagne pour se jeter dans la mer Méditerranée non loin du parc Borély.
C'était un bel appartement. Ils se souviennent encore de la brochure publicitaire qui leur promettait un balcon sur la mer. Ce n'était pas un mensonge. Mais, peu à peu, la mer avait pris de plus en plus de place. Ils se souviennent aussi de ces premières soirées d' « acqua alta », quand il fallait patauger pour rentrer chez soi comme à Venise. Ils en riaient alors, mais, assez vite, ils n'en ont plus ri. Cela faisait déjà plusieurs mois que les parkings souterrains du quartier étaient inutilisables, si ce n'était celui de la Joliette, justement, qui est en hauteur. Peu importait d'ailleurs, car, cela faisait plusieurs années qu'ils avaient renoncé à avoir une automobile. Ils en avaient une, bien sûr, qu'ils laissaient dans les Cévennes.

Le lendemain, c'était dans les Cévennes, en effet, qu'ils rejoindraient leur déménagement, qui devait bien être arrivé malgré les encombrements sur les routes. Ils avaient choisi le nom sur la carte, car, il les avait fait rire : Saint-Jean-de-Cuculles, non loin du domaine de La Salade et du Pic-Saint-Loup. Cela ne pouvait être que propice à leur nouvelle installation.

Mais, pour l'heure, ils regardent les quais qui clapotent, la signalisation lumineuse qui clignote. Plus loin, sur la gauche, la masse noire et désaffectée du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, le MUCEM, qui annonçait un renouveau de la grande cité qui aura été bien bref. Ils sont Les Gyptis et Protis des temps de maintenant, qui n'arrivent pas par la mer, mais qui fuient vers les terres. Des quartiers marseillais entiers se sont reconstitués dans plusieurs villes de France, le plus souvent dans des villes provençales. Manosque, par exemple, a vu doubler sa population en moins d'une dizaine d'années. Il faudrait des siècles pour que l'eau parvienne jusqu'à Manosque. Mais, eux  n'avaient pas envie de cet arrière-pays provençal, préférant le nord de Montpellier l'occitane. Si on leur avait demandé pourquoi, ils n'auraient eu qu'une réponse absurde à donner : « c'est plus près de la mer. »







page 316
Toute la collection
4e de couverture


Il pleut. Il n'arrête pas de pleuvoir. Au début, la population ne s'inquiète pas. Les pouvoirs locaux et nationaux ne s'inquiètent pas non plus. Les météorologues invitent à la vigilance, car, il y a ici un épisode méditerranéen, là un épisode cévenol, là encore un épisode. Et qui dit « épisode » dit que ça va s'arrêter un jour. Mais, cela ne s'arrête pas. Il pleut. Il n'arrête pas de pleuvoir. Un matin, sous la bourrasque, leurs parapluies s'enchevêtrent. Ils rient. Leurs sourires les réconfortent. Ils se reverront. Le soir même. Ils regarderont ensemble la pluie qui tombe, qui ne s'arrête pas.
Daniel Diégèse nous raconte une histoire d'amour insensée sur fond de déluge moderne. La catastrophe qui, déjouant les modèles météorologiques ne cesse de s'aggraver ne peut rien contre leur amour naissant, la fébrilité de leurs rendez-vous, leurs émotions.
Mais que faire quand ce sera bientôt toute la planète qui sera sous les eaux ?
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010