Diégèse jeudi 28 novembre 2019



ce travail est commencé depuis 7272 jours (23 x 32 x 101 jours)
et son auteur est en vie depuis 21725 jours (52 x 11 x 79 jours)
2019

ce qui représente 33,4730% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Une image si précaire 332



Daniel Diégèse







Comment photographier l'attente ?

J'ai pris cette photographie depuis une salle d'attente d'un hôpital. On nous avait mis là et je ne sais plus bien ce que l'on attendait. Mais, nous devions attendre. Même quand on n'est pas malade et que l'on n'attend de nouvelles d'aucun proche, d'aucun ami, l'attente dans un hôpital a toujours la même texture qui place la vie en retrait, de l'autre côté de la vitre.

La vie est dehors.

La vie est dehors, peut-être.

Soudain, on n'en est plus certain. L'attente pourrait tout aussi bien durer indéfiniment. Ce ne serait plus la vie.

Cette photographie, je l'aime particulièrement. Elle déjoue la photographie. Le flou est donné d'emblée, pixélisé. Le cadrage est immédiatement décadré. JE l'ai laissée telle, sans retouche.

Elle attend encore, quand je suis sorti de cet hôpital et que j'attends ailleurs, dans d'autres salles, devant d'autres portes, à jamais.







page 332
Toute la collection
4e de couverture


Daniel Diégèse est photographe. Il n'est pas célèbre. Il n'en est pas moins professionnel. Pendant plusieurs dizaines d'années, il a travaillé pour un groupe de presse spécialisé dans la presse quotidienne régionale, la « P.Q.R. ». Il ne sait pas combien de photographies il a publié, encore moins combien de clichés il a fait. Il est passé au fil des années du noir-et-blanc à la couleur, de l'argentique au numérique sans faire d'histoire. La technologie évoluait, il évoluait aussi. Ces dernières années, on lui commandait moins de photos. Le groupe avait réduit la voilure, préférant faire appel aux clichés des passants pris avec leur téléphone mobile. Il avait fini par se dire qu'il pourrait tout aussi bien, lui aussi, utiliser son téléphone. Mais, c'était une plaisanterie.
Et, parmi toutes ces photographies, certaines, dans son esprit, ont demeuré. Il s'en est fallu de rien pour qu'elles viennent au monde, un peu comme ces bébés prématurés dont on surveille la précarité des jours entiers dans des couveuses sophistiquées. Alors, à ce moment de vie où Daniel Diégèse quitte le métier de photographe salarié, il nous donne à voir, pour la première fois, une centaine de clichés témoins de cette précarité de l'image. Et l'on est heureux et ébahi de découvrir une sensibilité aussi rare.
Un livre à lire et à regarder sans tarder.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010