Diégèse jeudi 24 octobre 2019



ce travail est commencé depuis 7237 jours (7237 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 21690 jours (2 x 32 x 5 x 241 jours)
2019

ce qui représente 33,3656% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Autre issue 297



Noëmie Diégèse







Heureux est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants,

Qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
Ne siège pas avec ceux qui ricanent,
Mais se plaît dans la loi du Seigneur
Et murmure sa loi jour et nuit !

Elle s'arrête sur le verbe « ricaner ». Elle se remémore les fois où elle a été confrontée aux ricanements. La dernière fois, c'était quand elle état allée demander trois jours de congé à son patron pour déménager. Il lui avait demandé où elle allait habiter et quand elle avait donné le nom du quartier de la ville, il avait ricané. Il y avait tout dans ce ricanement-là, le mépris de classe, le mépris hiérarchique et le mépris de genre. Il l'avait sans doute imaginée en train de porter des cartons dans un pavillon de banlieue assez laid qu'elle et son mari ventripotent avaient acheté à crédit, s'apprêtant pendant trente ans à payer des traites qui les empêcheraient de faire beaucoup de choses en dehors du travail, traites pour lesquelles ils avaient pris une « assurance chômage » qui en alourdissait encore la charge mensuelle. Elle avait presque entendu « pauvre fille ! » Lui ne connaissait pas ces difficultés. Il avait hérité de sa famille une maison en centre-ville avec un joli jardin dans lequel il avait fait installer, avec sa prime de fin d'année, une piscine avec nage à contre-courant. Il n'avait pas eu besoin de porter des cartons de déménagement parce qu'il n'avait jamais déménagé. Il habite la maison de son enfance et ses parents sont en EHPAD quelque part dans une banlieue huppée.

Soudain, elle avait décidé de répondre et de répondre de manière inattendue : « j'ai pris des déménageurs qui sont des déménageuses. Comme ça, ça ira plus vite et la maison ne sentira pas la sueur et la bière. Du point de vue marketing, c'est intéressant. Les gens ont envie d'avoir recours à des services effectués par des gens qui leur ressemblent. Je me demande quel genre de déménageurs vous choisiriez. » Le visage de son patron s'était figé, comme si lui, avait entendu : « pauvre con ! »

En sortant du bureau, elle souriait, et riait presque, imaginant la publicité : « Vous êtes con ? Nous avons les déménageurs qu'il vous faut ! »

Cependant, à mieux y réfléchir, elle avait eu tort de répondre au ricanement par le ricanement. Rien de bon ne peut sortir du ricanement. Il est un des sièges du malin en nous, se dit-elle.







page 297
Toute la collection
4e de couverture


Elle est au bout du rouleau. Rien ne va. Rien ne va plus. Son travail l'épuise. Elle est en butte en permanence à des chefs tatillons, lâches et routiniers. Ses enfants ne font rien ou presque. Ils lèvent parfois la tête, quelques secondes, de leur téléphone portable pour la baisser bien vite après avoir constaté que le monde autour d'eux, c'est à dire essentiellement le canapé ou le lit de leur chambre, existe bien encore. Son mari est parti. Elle n'en est pas bien certaine, car, avant qu'il ne parte, elle ne le voyait pas beaucoup. Elle se disait parfois qu'il était peut-être lui aussi un de ces chefs tatillons, lâches et routiniers, qu'il l'était certainement. Bref. Rien ne va. Elle ne trouve pas d'issue. Et surtout, elle ne voit d'autre issue que des issues très noires et définitives. Elle se demande d'ailleurs si ses enfants pourront quitter les réseaux sociaux le temps d'une crémation ou s'ils passeront ce temps à comptabiliser le nombre d'émoticones en larmes qu'ils auront reçues.
Mais, il y a peut-être une autre issue.
Noëmie Diégèse nous livre un personnage féminin épuisé, qui sort de cet épuisement d'une manière très inattendue. Un roman aussi attachant que l'est le personnage principal, qu'on aimerait embrasser en lui disant que tout ira mieux.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010