Diégèse jeudi 27 août 2020



ce travail est commencé depuis 7545 jours (3 x 5 x 503 jours)
et son auteur est en vie depuis 21998 jours (2 x 17 x 647 jours)
2020

ce qui représente 34,2986% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain


Table des évangiles augmentés
L'évangile selon Saint Luc
16

58
augmenté par Daniel Diégèse
Jésus dit aussi à ses disciples : « Un homme riche avait un économe, qui lui fut dénoncé comme dissipant ses biens.
Il l'appela, et lui dit : Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends compte de ton administration, car tu ne pourras plus administrer mes biens.
L'économe dit en lui-même : Que ferai-je, puisque mon maître m'ôte l'administration de ses biens ? Travailler à la terre ? je ne le puis. Mendier ? j'en ai honte.
Je sais ce que je ferai, pour qu'il y ait des gens qui me reçoivent dans leurs maisons quand je serai destitué de mon emploi.
Et, faisant venir chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois-tu à mon maître ?
Cent mesures d'huile, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, assieds-toi vite, et écris cinquante.
Il dit ensuite à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Cent mesures de blé, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, et écris quatre-vingts.
Le maître loua l'économe infidèle de ce qu'il avait agi prudemment. Car les enfants de ce siècle sont plus prudents à l'égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière. »
Et moi, je vous dis : « Faites-vous des amis avec les richesses injustes, pour qu'ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer.
Celui qui est fidèle dans les moindres choses l'est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l'est aussi dans les grandes.
Si donc vous n'avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ?
Et si vous n'avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ?
Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. »
Les pharisiens, qui étaient avares, écoutaient aussi tout cela, et ils se moquaient de lui.
Jésus leur dit : « Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu.
La loi et les prophètes ont subsisté jusqu'à Jean ; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer.
Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu'il ne l'est qu'un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber.
Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère.
Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie.
Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d'ulcères,
et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères.
Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli.
Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; et, tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein.
Il s'écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme.
Abraham répondit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres.
D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire.
Le riche dit : Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père ; car j'ai cinq frères.
C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments.
Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu'ils les écoutent.
Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront.
Et Abraham lui dit : S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait. »

La foule était frappée des paroles de Jésus et l'un des hommes du premier rang lui dit : « Maître, faut-il donc être pauvre et malade pour rejoindre après la mort le sein d'Abraham. Regarde-moi. Je ne suis pas riche et je vis du fruit du travail d'un petit lopin de terre que mes parents m'ont laissé. Je suis bien-portant. J'ai épousé une femme et nous avons deux enfants qui sont eux aussi bien portants. Ma femme travaille avec moi et nous avons traversé ensemble des embuches de la sécheresse et des inondations. Ce que nous avons en surplus, nous le donnons aux pauvres. Nous craignons Dieu et nous écoutons la parole de ses prophètes. Devrions-nous souffrir pour espérer la vie éternelle ? »
Jésus répondit : « Tu es un homme juste qui dit et fait les choses avec justesse. Pourquoi Dieu voudrait-il que tu souffres ainsi que ta femme et tes enfants ?
Croyez-vous que le Dieu d'Abraham veut le mal pour ceux qu'il a créés à son image ?
Il n'y a pas de souffrance faite aux hommes sur cette terre qui agrée à Dieu.
Certains viendront qui voudront vous faire croire qu'il faut se flageller pour plaire à Dieu, ou bien encore subir d'atroces supplices. Ne les écoutez pas. Dieu veut que vous ayez une vie paisible et douce et vous aurez une vie paisible et douce dans le Royaume des Cieux.
Mais, croyez-vous que le riche a une vie paisible et douce ici-bas ?
Sans cesse, il travaille à accroître ses richesses et sans cesse il craint qu'on les lui dérobe.
Heureux celui qui ne craint pas qu'on lui dérobe de richesses car il peut laisser sa porte ouverte sans crainte.
Le riche ne connaît aucune tranquillité.
Dans la parabole du riche et du pauvre, qui est le riche et qui est le pauvre ?
Celui qui vivait dans l'abondance aurait pu partager son bien avec le pauvre et tous deux se seraient retrouvés dans le sein d'Abraham.
Mais, comprenez bien la parabole.
Je ne viens effacer aucun mot des prophètes, depuis Moïse jusqu'à Jean et rien n'est aboli de ce que vous ont enseigné vos pères.
Mais, vous ne tuerez point et vous aimerez votre prochain comme vous-même.
Mais, vous n'appliquerez plus la loi du talion et n'exercerez jamais aucune vengeance, car, aucune vengeance ne sied à Dieu, car Dieu n'est pas un de ces dieux vengeurs qu'affectionnent les païens.
N'écoutez pas ceux qui veulent lapider les femmes ou les mutiler et les frapper.
Luttez contre ceux qui imposent des châtiments violents et sanglants.
Dieu aime la moindre goutte du sang du plus méchant des hommes et ne veut pas qu'une seule goutte de son sang soit versée.
Dieu vous a fait libres et veut vous voir rester libres.
N'acceptez aucun autre joug que le sien.
Soumettez-vous à la loi des hommes, mais en votre cœur, chérissez la loi de Dieu. »
Un homme se leva parmi l'assistance et dit à Jésus : « Que devons-nous faire Maître avec ceux qui en veulent pas se marier et préfèrent rester avec des hommes ?
Les Écritures nous enseignent qu'il faut les lapider. Mais, toi, que dis-tu ? »
Jésus répondit : « Certains d'entre vous ont été faits hommes et certaines d'entre vous ont été faites femmes. Et il vous a été enseigné que l'homme et la femme devait s'unir et procréer.
Mais, si un homme ne veut pas s'unir avec une femme et si une femme ne veut pas s'unir avec un homme, en quoi est-ce que cela vous offense ?
Est-ce que cet homme est adultère et cette femme l'est-elle aussi  ?
Vous jugez de ce que vous n'avez pas à juger, car, vous ne devez pas juger votre prochain et cette femme comme cet homme sont vos prochains.
Accueillez-les dans votre maison sans les distinguer de vos autres convives et chérissez-les comme vous chérissez vos autres convives.
Le royaume des Cieux ne leur est pas plus fermé qu'il ne l'est pour vous et il ne leur est pas plus ouvert qu'il ne l'est pour vous.
La bonne nouvelle que je vous annonce est pour tous les hommes sans aucune exception. »
L'homme reprit : « Mais, certains, Maître, disent qu'ils ont un démon qu'il faut chasser. »
Jésus le reprit fermement : « Qu'ils chassent alors d'abord les démons qui sont en eux. Ils n'ont pas davantage de démons que ceux-là qui ont femme et enfant. Les démons ne s'arrêtent pas au sacrement du mariage. »





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010