Diégèse samedi 21 mars 2020



ce travail est commencé depuis 7386 jours (2 x 3 x 1231 jours)
et son auteur est en vie depuis 21839 jours (21839 = nombre premier)
2020

ce qui représente 33,8202% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain


Table des évangiles augmentés
L'évangile selon Saint Matthieu
24
81
augmenté par Mathieu Diégèse
Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions.
Mais il leur dit : « Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. »
Il s'assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? »
Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise.
Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens.
Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d'être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin.
Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.
Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.
Alors on vous livrera aux tourments, et l'on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom.
Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres.
Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.
Et, parce que l'iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.
Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.
Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.
C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, que celui qui lit fasse attention !
alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ;
que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ;
et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.
Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !
Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat.
Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.
Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
Si quelqu'un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas.
Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus.
Voici, je vous l'ai annoncé d'avance.
Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas.
Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.
En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles.
Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.
Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.
Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.
De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.
Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive.
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.
Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme.
Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ;
et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme.
Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre laissé ;
de deux femmes qui moudront à la meule, l'une sera prise et l'autre laissée.
Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra.
Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.
C'est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas.
Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ?
Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi !
Je vous le dis en vérité, il l'établira sur tous ses biens.
Mais, si c'est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : mon maître tarde à venir,
s'il se met à battre ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes,
le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s'y attend pas et à l'heure qu'il ne connaît pas,
il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Car, vous voudriez connaître l'avenir. Que vous fait de savoir si le temple sera détruit demain, ou bien après-demain, ou après votre mort, ou bien encore après la mort de la descendance de votre descendance ?
Vous vous souciez de l'avenir et négligez le temps présent.
Vous vous souciez du passé et négligez encore le temps présent.
Pourtant, je vous le dis, qu'avez-vous à faire du passé, dont vous ne pouvez changer un seul instant ?
Pourtant, je vous le dis, qu'avez-vous à faire de l'avenir, qui ne vous appartient pas et qu'il ne vous appartient pas de connaître ?
Quand vous guérissez les malades, vous ne les guérissez ni par le passé, ni par l'avenir et ce n'est pas un avenir que vous leur donnez, mais c'est le temps présent que vous leur donnerez.
Et quand vous ressuscitez les morts, c'est par le présent que vous le faites, au nom du Seigneur votre Père.
Quant à moi, je ne viens pas du passé et je ne suis pas pour l'avenir, mais je suis pour le présent et ce présent est l'éternité. »
Mais les disciples lui, montrèrent les oliviers.
« Regarde les oliviers, dirent-ils, ils portent les marques du temps passé et leur tronc et leurs branches noueuses dessinent le cours de tant d'hivers rigoureux, de tant d'étés harassants et de printemps renaissants.
Ne sommes-nous pas nous aussi comme ces oliviers et nos corps sont marqués par le temps, la poussière de tant de chemins a endurci nos pieds et nos cheveux ont blanchi et notre barbe aussi. »
Jésus répondit : « Réfléchissez un peu. Vous êtes comme cet olivier et vous ne valez pas mieux que lui.
Pensez-vous qu'il se soucie du passé ?
Et pensez-vous qu'il se soucie de l'avenir ?
En vérité, je vous le dis, il ne se soucie ni du passé, ni de l'avenir, mais seulement d'être cet olivier, sans souci de la durée.
Et si cet olivier tombe malade, pensez-vous qu'il se plaigne et qu'il craigne la mort ?
Et si l'orage vient à casser l'une de ses branches, pensez-vous qu'il regrette sa branche cassée ?
Vous avez inventé la durée du temps pour vous détourner du temps présent.
Vous avez inventé le passé et vous avez inventé l'avenir pour vous dégager des vos obligations du temps présent.
Et vous êtes reclus dans le souvenir et vous êtes reclus dans le regret.
Pleurerez-vous quand je serai loin de vous ?
Hommes de peu de foi.
Comprendrez-vous que je n'agis pas dans la durée, mais que j'agis dans le temps présent et pour le temps présent ? »
Les disciples interrogèrent encore Jésus sur les faux prophètes et les faux christs et lui demandèrent s'ils devaient craindre les signes qui viendront ou s'en réjouir, car ils craignaient la mort, quand bien même Jésus leur avait promis la vie éternelle.
Jésus leur répondit : « Ne m'avez-vous pas entendu enseigner au bord du lac, sur les places et dans les synagogues ?
N'avez-vous pas compris que je leur ai enseigné par paraboles ?
Et c'est encore par paraboles que je vous enseigne.
Ne passez pas de temps à tenter d'interpréter les augures.
Car, je vous le dis : il n'y a pas d'augure.
Car, le Seigneur votre Père ne joue pas avec vous comme on joue avec les enfants en cachant des fruits dans la maison jusqu'à ce qu'ils les trouvent.
Rien dans l'enseignement que je vous donne n'est caché.
Les faux prophètes tenteront de vous faire croire que mes paroles sont des paroles doubles ou même triples ;
mais mes paroles sont mes paroles et les enfants les entendent.
Il n'y a rien de secret dans mon enseignement et débarrassez-vous de toute tentation de magie.
Car, je vous le dis, les mages et les magiciens n'ont rien à faire avec moi ;
ils n'ont rien à faire avec le Seigneur votre Père.
Mais, à chaque moment, préparez-vous à rencontrer le Seigneur.
Ne vous dites pas : j'ai bien encore le temps. Je suis jeune et en pleine santé et je m'occuperai de mon salut quand je serai vieux et malade.
Car, vous ne savez pas si vieux et malade, vous pourrez encore vous occuper de votre salut.
Et puisque le Seigneur n'est pas dans la durée, mais bien dans le présent, il n'attend pas, car ce sont les hommes qui attendent et non pas le Seigneur votre Dieu.
Ce jour et cette heure que vous ne connaissez pas, ce ne sont pas un jour et une heure qui seraient dans l'avenir et que vous attendriez avec crainte confits dans la prière.
Non, je vous le dis, ce dernier jour et cette dernière heure, c'est le jour et l'heure où je vous parle et il n'y a pas d'autre jour à attendre. »
Les disciples, pourtant, ne comprenaient toujours pas. Ils pouvaient se souvenir de tous les voyages qu'ils avaient fait avec Jésus. Et ils se souvenaient aussi du jour où ils l'avaient rencontré et redoutaient celui qui les séparerait de lui.
Mais Jésus lisait dans leurs pensées et leur dit ! « Vous vous souvenez de tous ces jours que nous avons passé et certains d'entre-vous raconteront ces jours et répéteront mes paroles.
Pensez-vous qu'ils feront ainsi pour se souvenir du passé ?
Et pensez-vous que les hommes les écouteront pour prendre intérêt à un passé qu'ils n'ont pas connu ?
En vérité, je vous le dis, c'est parce que le souvenir est présent qu'il a de la valeur et non parce qu'il renvoie au passé.
Si vous répétez ma parole, vous la répéterez pour le temps présent et non pour le temps passé.
Regardez cette colline. Est-elle dans le passé ?
Et regardez ces arbres, sont-ils dans le passé et dans l'avenir ?
Soyez comme cette colline et soyez comme ces arbres jusqu'au jour dernier. »




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010