Diégèse dimanche 7 mars 2021



ce travail est commencé depuis 7737 jours (3 x 2579 jours)
et son auteur est en vie depuis 22190 jours (2 x 5 x 7 x 317 jours)
2021

ce qui représente 34,8671% de la vie de l'auteur
trois mille cent soixante-dix semaines de vie

hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


vendredi 27 février 1998
13781 jours de vie (13781 est un nombre premier)



Oyez, oyez ! On (les socialistes) va fermer les maternités... qui accueillent moins de trois cents accouchements par an et pour illustrer cette infamie gouvernementale, on se rend à La Réole, en Gironde, interroger le médecin-chef, une future maman et le maire de la ville. On interroge aussi le ministre Bernard Kouchner, un peu énervé, qui semble critiquer le sensationnalisme du traitement de la mesure. Mais c'est trop tard, car, devant les postes de télévision, le téléspectateur s'exclame : « C'est vraiment du grand n'importe quoi ! »
Alors, vingt-trois ans plus tard ou presque, il est intéressant de regarder ce qui s'est passé. La maternité de La Réole se nomme désormais « Centre périnatal de proximité ». C'est à dire que l'on y va avant et après l'accouchement, mais que l'on n'y accouche plus. Les maternités les plus proches ne sont pas à Bordeaux, comme le craignait la parturiente (2'25") mais à Langon (19,7km) et à Marmande (20,4km). Le maire d'alors, Bernard Castagnet, est toujours médecin et conseiller départemental socialiste.
Mais, cette information un peu surjouée est évidemment à mettre en rapport avec le reportage sur l'allocation parentale d'éducation (10'50"), l'APE, qui, nous dit la présentatrice « a permis à 250 000 femmes de quitter provisoirement leur emploi » pour élever leurs enfants. Elle répétera bien deux fois que cette allocation a été mise en place en 1994, c'est à dire sous la droite. Dès lors, pas besoin d'être un grand spécialiste des médias pour comprendre le message : la gauche ferme les maternités quand la droite encourage les naissances. En ce soir du 27 février 1998, sur la télévision publique, la fabrique de l'opinion tourne à plein régime.
Mais allons plutôt à Nogent-sur-Marne, près de Paris et enquêtons sur le sort réservé à l'école radioactive Marie Curie. Elle a fini par fermer définitivement quelques mois plus tard, le 30 juin 1998, et ensuite démolie pour céder la place à un parking public. Pour autant, en avril 2019, la radioactivité sur le site était encore dix fois supérieure à la norme aux abords de ce même site. L'association des anciens élèves de l'école Marie Curie de Nogent-sur-Marne publie sur son site internet une chronologie des faits fort intéressante. Car, c'est dès 1969 que le problème de radioactivité est décelé par les organismes spécialisés et les mesures de la CRIIRAD constatant que la terre est contaminée datent de 1991...
Obstination technocratique, donc ? Si l'on veut se convaincre qu'un technocrate bon teint peut nier l'évidence, il faut aller écouter (9'16") le Caissier général de la Banque de France expliquer que les billets de 100F et de 200F ne se ressemblent en rien. C'est un moment succulent.
Sinon, pour se détendre, après avoir vu ou revu Catherine Trautmann faire la bise à Michael Douglas (32'19"), on pourra visionner un portrait de Clint Eastwood (33'14").






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020