Diégèse


dimanche 16 novembre 2008




2008
ce travail est commencé depuis 3243 jours (3 x 23 x 47 jours)
et son auteur est en vie depuis 17696 jours (25 x 7 x 79 jours)
ce qui représente 18,3262% de la vie de l'auteur
deux mille cinq cent vingt-huit semaines de vie
hier

L'atelier du texte
demain
le lieu sur Google-Earth






La littérature
La photographie
Il faudra bien un jour aller vraiment aller à Bagheria.
Gustav Mathieu
Noëmie
D.

Il fallait accélérer le voyage, il fallait encore se presser, dire que l'hiver venait. Alors je me suis éloigné. Je n'entends plus maintenant que ta voix, qui se déporte un peu ailleurs, qui dit ceci et cela.








Je ne me suis pas pressé.
Je n'ai pas accéléré.
Je voulais seulement voir, après tant d'autres, la Villa Valguarnera à Bagheria, mais c'était loin, si loin de l'hôtel.
Je n'ai rien vu et je n'ai rien senti.



C'est un seul et même esprit qui veut, qui sent, qui connaît.






On ne peut jamais revenir en arrière. On ne peut pas retrouver le passé du texte, qui n'est pas un passé. On ne peut que l'oublier.
On ne peut pas revenir en arrière.









Mais je me souviendrai moi, par chance, par hasard. Le souvenir est un destin.






















16 novembre








2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


On ne peut pas revenir en arrière. Le passé du texte, qui n'est pas un passé. Mais je me souviendrai moi, par chance, par hasard. C'est un seul et même esprit qui veut, qui sent, qui connaît. Un destin. Je voulais voir, après tant d'autres, la Villa Valguarnera à Bagheria, mais c'était loin, si loin de l'hôtel, et il pleuvait. Je n'entends plus maintenant que ta voix, qui se déporte un peu ailleurs, qui dit ceci et cela. Alors, il fallait encore se presser, dire que l'hiver venait.