Diégèse








lundi 20 août 2012



2012
ce travail est commencé depuis 4616 jours (23 x 577 jours) et son auteur est en vie depuis 19069 jours (19069 est un nombre premier)
ce qui représente 24,2068% de la vie de l'auteur
hier



L'atelier du texte demain















Ce qui s'écrit











Daniel Il fait chaud à Paris et quand il fait chaud je rêve et je rêve parfois que j'écris et que j'écris encore, étonné au réveil de n'avoir rien luAlors je me lève et j'écris. J'écris toujours la même chose. Quand c'est l'été, j'écris que c'est l'été. Quand c'est l'hiver, j'écris que c'est l'hiver. Ce qui fait que le roman qu'il faudrait écrire rapidement, s'immobilise dans un désert bien désert, assez désert.
Mathieu Il fait chaud et moi je me sens vieux, alors que c'est l'été qui devient vieux à la fin du mois d'août. Je suis encore en vacances et puisque je suis en vacances, et que c'est comme cela que ça s'appelle, je suis en vacance aussi.
Noëmie Vous avez des loisirs sophistiqués. Moi, je suis allée vérifier que les trains partaient encore de la gare Saint-Lazare. Je suis allée tenir les grilles du square près de l'église portugaise, noter les horaires, les couleurs et le vide des trains au mois d'août...
Gustav Comme vous voulez.. Il vous faut bien des raisons d'exister. Les premières vous sont données par l'amour et les secondes par l'amour et celles-ci, pourtant, une fois découvertes, ne sont pas estimées moins certaines que les premières.










20 août






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... et qui s'immobilise parfois dans un désert bien désert, assez désert. Comme vous voulez...
C'est l'été qui devient vieux à la fin du mois d'août... ... puisque je suis en vacances, et que c'est comme cela que ça s'appelle. ... celles-ci, pourtant, une fois découvertes, ne sont pas estimées moins certaines que les premières.
... tenir les grilles du square près de l'église portugaise, noter les horaires, les couleurs, le vide des trains au mois d'août...









2011 2010








Je rêve parfois que j'écris et que j'écris encore, étonné au réveil de n'avoir rien lu. Quand c'est l'été, j'écris que c'est l'été.