Diégèse








lundi 19 novembre 2012



2012
ce travail est commencé depuis 4707 jours (32 x 523 jours) et son auteur est en vie depuis 19160 jours (23 x 5 x 479 jours)
ce qui représente 24,5668% de la vie de l'auteur
hier



L'atelier du texte demain















Ce qui s'écrit











Gustav Je cherchais la mémoire et j'ai trouvé à penser le temps. Rien n'est plus curieux que ce que l'on appelle « le temps », sans cesse mesuré et qui pourtant est bien court ou se fait long ; le temps que l'on n'a pas ou que l'on a, un peu, pas trop longtemps. Après avoir essayé de penser le temps, je crois comprendre enfin, approcher enfin de la compréhension d'une évidence qui serait que la mémoire n'existe pas. La mémoire ne serait rien d'autre que la tentative désespérée d'abolir le temps, d'oublier notre mortalité.
Noëmie Mais il y a le vieillissement. Toi-même tu me disais que la fatigue n'était plus comme avant, qu'elle prenait le corps de façon plus forte.
C'est encore le début. Cela ne va pas manquer de croître. C'est pourquoi moi, je range. Je range le long des routes les bornes du souvenir qui ne disent plus rien du temps. Je me prépare.
Mathieu Nous imaginions les côtes de Sicile et ce sont des rives claires qui reviennent, qui vaguent. Le temps ne fait pas le bonheur, ne fait pas le plaisir. Nous pouvons encore regarder la mer.
Daniel Ils cherchaient un peu de temps mais ils n'avaient pas trouvé le romantisme. Je crois que parfois, ils nous rendent las, et ils nous fatiguent et l'on voudrait parfois pouvoir nous aussi oublier, les oublier un peu.










19 novembre






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Et je crois comprendre enfin, approcher enfin de la compréhension d'une évidence qui serait que la mémoire n'existe pas. Ils n'avaient pas trouvé le romantisme. C'est encore le début.
Et ils nous rendent las, et ils nous fatiguent et l'on voudrait parfois pouvoir nous aussi oublier, les oublier un peu...


... nous imaginons les côtes de Sicile et ce sont des rives claires qui reviennent, qui vaguent. Tu me disais que la fatigue n'était plus comme avant, qu'elle prenait le corps de façon plus forte.








2011 2010








Rien n'est plus curieux que ce que l'on appelle « le temps », sans cesse mesuré et qui pourtant est bien court ou se fait long  ; le temps que l'on n'a pas ou que l'on a, un peu, pas trop longtemps. Je range le long des routes les bornes du souvenir qui ne disent plus rien du temps...