Diégèse dimanche 18 avril 2021



ce travail est commencé depuis 7779 jours (3 x 2593 jours)
et son auteur est en vie depuis 22232 jours (23 x 7 x 297 jours)
2021

ce qui représente 34,9901% de la vie de l'auteur
trois mille cent soixante-seize semaines de vie

hier

L'atelier du texte demain

Table des correspondance de dates


samedi 8 février 1997
13397 jours de vie (13397 est un nombre premier)


Il y a 8835 jours



Le journal télévisé de ce 8 février 1997 commence par la belle histoire d'un gagnant au loto qui a investi son gain dans une entreprise d'abattage de porcs. Las ! L'affaire ne fut pas florissante et en 2004, il déposait son bilan, la société accusant un passif de 1,6 millions d'euros. Mais l'histoire se finit bien, car, in extrémis, la société Porketto, société familiale, reprend les actifs de notre malheureux gagnant. Que fait, dès lors depuis, Bruno Caloone. C'est difficile à déterminer, car, dans cette partie du Pas-de-Calais, le nom de famille « Caloone » est assez fréquent, ainsi que le prénom « Bruno ». Sans être trop intrusif, on retrouve sa trace ainsi que celle de sa femme dans la cession en 2011 d'un magasin de presse dans le centre commercial Carrefour de leur ville. C'est peut-être lui, aussi, qui est gérant d'une SCI qui loue des biens immobiliers. Est-il toujours propriétaire de trotteurs ? C'est souvent un gouffre financier. Mais, ce n'est pas lui qui, en 2011, a empoché un million d'euros, à Hazebrouck, au loto.
Puis, on continue avec la chute de Luc Alphand en descente (3'00") et on accompagne les supporters spécialement venus de Serre-Chevalier. Ceux qui, comme l'auteur de ce billet, craignent le bruit, pourraient penser que ce sont leurs cris qui ont fait chuter le champion. Mais, ce serait injuste et surtout pas très aimable.
Vient ensuite une « non-nouvelle » (6'21"), comme les journaux télévisés savent en concocter. Ayant mobilisé des équipes pour couvrir les embouteillages sur les routes menant aux stations de sport d'hiver, mais constatant qu'il n'y a pas d'embouteillage, ces équipes font un reportage sur l'absence d'embouteillage. On passe. On passe aussi le reportage rafraîchissant sur les beaux patrouilleurs des pistes (8'17").
Puis ce sont les grèves annoncées ou en cours. Ces luttes sociales sont moins importantes que les vacances à la montagne. Le JT ne leur consacre que quelques secondes.
On retire du marché du lait pour enfants (10'58"). Principe de précaution. On nous apprend que Milupa est « basée » à Colmar. C'est surtout une société allemande qui n'a jamais aussi bien marché que pendant la seconde guerre mondiale. Elle appartient depuis 2007 à Danone.
Après une mention sur la mise sous écrou d'un éducateur violeur dans un centre d'enfants handicapés à Bourg-en-Bresse, on passe à la politique et l'on apprend que le Parti socialiste a investi ses candidats aux élections législatives, dont un tiers seront des femmes. On salue l'exploit. La parité attendra encore quelques années. On s'arrêtera un instant sur l'extrait de l'allocution de Lionel Jospin à la tribune (13'55") : « Il faut vaincre la peur que les Français ont d'être déçus avec nous et donc la tentation qu'ils ont de se résigner à l'insatisfaction que leur procure le pouvoir d'aujourd'hui. » La phrase n'a pas vieilli, sauf que le PS n'en est plus à se rénover mais à se refonder.
Jacques Chirac décerne à titre posthume (15'05") le plus haut grade de la Légion d'honneur à Pamela Harriman, l'ambassadrice des États-Unis morte quelques jours plus tôt. Il ne faut pas passer trop vite sur la biographie de cette femme libre, issue de la plus haute aristocratie britannique, morte d'un AVC à la piscine du Ritz, qu'elle fréquentait avant-guerre avec Hemingway.
Terreur sur l'Algérie pour la fin du Ramadan (16'01"). On retient la phrase de cet homme à 17'47" : « Il y a trop de malheur dans ce pays pour pouvoir faire la fête. »
Les rebelles progressent au Zaïre. Manifestations en Albanie. On en connaît l'issue.
On passe vite à un publireportage pour la marque « Banette » sur un jeune et brave boulanger de Dordogne qui continue les tournées même si elles ne sont pas « trop rentables ». La France comme on l'aime dirait-on au journal de 13 heures (20'39").
Sport. Football. Défait des Français en Coupe Davis. Danse acrobatique à Bercy, où l'on exploite des enfants sans sourciller. Les Japonais envahissent le carnaval de Nice. Quelques images de jeunes femmes dénudées.
C'est la fin de ce journal.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020