Diégèse vendredi 12 février 2021



ce travail est commencé depuis 7714 jours (2 x 7 x 19 x 29 jours)
et son auteur est en vie depuis 22167 jours (33 x 821 jours)
2021

ce qui représente 34,7995% de la vie de l'auteur
mille cent deux semaines d'écriture

hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


mardi 13 octobre 1998
14009 jours de vie (14009 est un nombre premier)


Il y a 8158 jours



Ce journal télévisé du 13 octobre 1998 sera l'occasion de se pencher sur les débats intellectuels, qui sont aussi des débats politiques, en matière de pédagogie. Non que dans les paroles recueillies auprès des lycéennes et des lycéens, on puisse trouver des revendications en matière de pédagogie, mais parce que le journal nous présente successivement deux hommes qui sont en matière de pédagogie diamétralement opposés. Ce serait vertueux s'il annonçait la chose, ce qu'il ne fait pas et cela devient donc douteux.

Le premier (2'00"), c'est Jean-Marc Monteil, alors Recteur de l'académie de Bordeaux. Dans notre parcours à rebours, on l'a déjà vu hier, c'est à dire au journal télévisé du 15 octobre 1998, deux jours plus tard. Est-ce donc que France Télévision ait cherché à rentabiliser son équipe d'envoyés spéciaux à Bordeaux ? Curieux d'ailleurs comme le commentateur souligne (1'53") la rapidité d'action du rectorat. Satisfecit, donc, pour le Recteur qui apparaît ensuite pour dire qu'il va dédoubler les classes de plus de quarante élèves. Soit.

Le second, c'est Philippe Meirieu, alors directeur de l'Institut national de recherche pédagogique qui accompagne le ministre Claude Allègre.

Le premier et le second s'opposent et s'opposeront sur la scène des débats sur l'éducation et la pédagogie. Le premier est un des tenants du cognitivisme, le second, un héritier de l'éducation nouvelle. cette veine qui inclut Élise et Célestin Freinet, John Dewey et Ovide Decroly.

Le néo libéralisme n'a eu de cesse de promouvoir le cognitivisme. En 2008, le psychanalyste Jacques-Alain Miller, gendre de Lacan, interroge Meirieu sur le cognitivisme pour sa revue Le nouvel Âne. On lira avec grand intérêt cet entretien dans lequel Meirieu cite Stiegler qui dénonce le « capitalisme pulsionnel » et énonce : des organisateurs zélés, de droite et de gauche, nous préparent, en effet, un monde où l'enfant, réduit à un code barre, sera, dès le plus jeune âge, « orienté en fonction de ses dispositions et aptitudes ». Plus loin, page 5, il déclare sa totale opposition avec le dénommé Jean-Marc Monteil.

Vingt ans plus tard, il est loyal de se demander où se situe dans ce débat l'actuel ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Sans surprise, il est du côté de Monteil et farouchement contre Meirieu.

Le blog Vivement l'École publie en vidéo un débat entre Meirieu et Blanquer, sur « le socle commun ». On est en 2014 et le débat entre dans le cadre des Controverses de Descartes. On pourra visionner en entier les deux interventions. Si l'on est moins curieux ou si l'on a moins de temps, on ira directement à la 33,30e minute de l'intervention de Meirieu, quand il cite l'historien de l'éducation américain David F. Labaree qui distingue avec bonheur le progressisme administratif du progressisme pédagogique.

Blanquer, quant à lui commence sa réponse en disputatio par un contresens, quand il dit dit que ce qui les rassemble, c'est l'éducation comme « philosophie de la liberté », car c'est passer d'emblée sous silence la question centrale du sujet et de la culture sans lesquels toute liberté n'est qu'illusoire.

C'est ce même Blanquer qui, désormais ministre, promeut une culture des résultats à l'école maternelle. Par voie de conséquence, déclarer que l'éducation artistique et culturelle est une des priorités gouvernementales et nommer Jean-Michel Blanquer ministre de l'éducation nationale est un oxymore politique et philosophique.










2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020