Diégèse vendredi 4 juin 2021



ce travail est commencé depuis 7826 jours (2 x 7 x 13 x 43 jours)
et son auteur est en vie depuis 22279 jours (22279 = nombre premier)
2021

ce qui représente 35,1272% de la vie de l'auteur
mille cent dix-huit semaines d'écriture

hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


vendredi 10 novembre 1995
12941 jours de vie (12941 est un nombre premier)


Il y a 9338 jours, soit 1334 semaines (2 x 7 x 23 x 29 jours)




Ce journal du 10 novembre 1995 commence par une manifestation dans plusieurs villes de France. Mais, ce ne sont pas encore les grandes grèves contre la réforme des retraites et de la sécurité sociale, mais une manifestation des concessionnaires automobiles qui se plaignent des rabais accordés de l'autre côté des frontières françaises. On va interroger des Français « moyens » chez des concessionnaires. On s'arrêtera avec bonheur sur deux couples assortis comme dans un film de Jacques Tati. En ligne de mire : l'Europe et la libéralisation des marchés.
Sans transition, on passe aux alcootests, ou plutôt aux éthylomètres (2'31"). On supposera donc que les Français boivent pour oublier le prix des voitures ? Anne-Marie Idrac, Secrétaire d'État aux Transports, vient expliquer la campagne du gouvernement. Elle sera ensuite Présidente de la RATP, puis de la SNCF. Ceci n'explique pas cela.
4'37, le mot n'est pas dit, mais on craint une récession en France. Les Français craindraient une hausse des prélèvements obligatoires. En fait, c'est que globalement, leur pouvoir d'achat a baissé... Curieuse impression cependant, que l'on prépare l'opinion à quelque chose. Comme ici, on prédit le passé, c'est bien sûr à la Contribution au remboursement de la dette sociale, la CRDS. Le scénario était bien huilé : réforme de la sécurité sociale et des retraites, CRDS et à l'automne 1996, baisse des impôts. Las ! Les grandes grèves qui commenceront quelques jours après mettront à mal les plans du gouvernement, puis le gouvernement lui-même.
On apprend ensuite que la délégation française qui part se pencher à Bali sur les problèmes mondiaux de la sécurité sociale comprend 115 personnes (6'34"). On se pince, croyant avoir mal entendu. Pris la main dans le congrès à plus de onze mille francs, les administrateurs des caisses esquivent. Qui est Donat Decisier (orthographié «  Dona »), alors administrateur de la CNAM. Un syndicaliste CGT, plutôt de bon aloi... d'habitude. Il est mort le 21 avril 2020. L'attaque sous-jacente, c'est celle contre la paritarisme. Il n'y a pas que les patrons qui se gavent, les syndicalistes aussi.
Dans les coulisses, le débat sur la sécurité sociale à l'Assemblée se prépare par des consultations. On apprend ainsi que lors de ce débat, et, notamment, lors de l'allocution de Monsieur Juppé à l'Assemblée nationale, « on » avait envoyé les administrateurs de toutes les caisses d'assurance-maladie... à Bali. On dirait un gag. Le gag se terminera dans la rue, on le sait.
Pendant ce temps-là, le Front national s'affiche et jean-Marie Le Pen entame, en quelque sorte, son ascension vers le second tour des élections présidentielles de 2002 à Carpentras. Il demande des excuses pour avoir été accusé d'avoir profané un cimetière juif. Il affirme qu'il s'agit d'une manipulation. Or, de l'aveu même d'Hubert Védrine en 2015, soit 25 ans après les faits, il s'agissait bien d'une manipulation visant à empêcher alors toute alliance entre le FN et la droite. Sauf que lorsqu'une manipulation repose sur le mensonge, elle échoue à plus ou moins long terme. Le FN n'avait rien à voir avec tout cela. Certes, la profanation avait été l'œuvre de néo nazis, à la droite de la formation Le Peniste.
Et si c'était les Arabes ? Comprenez les Algériens. La France a été victime du terrorisme islamiste. Le dernier attentat date du 17 octobre et l'arrestation d'un des chefs, Boualem Bensaïd ne date quant à elle que du 2 novembre, un peu plus d'une semaine avant. Alors, sans transition, long reportage en Algérie sur les mesures de police visant à arrêter les islamistes. Effet subliminal bien connu de montage.
D'Algérie, on va en Israël, heureux hasard du calendrier. On entendra le témoignage poignant de la mère de l'assassin de Yitzhak Rabin. L'attentat qui a coûté la vie au Premier Ministre d'Israël date du 4 novembre. Ce qui est étonnant, c'est la durée de l'interview : plus d'une minute trente, en hébreu, avec traduction simultanée. On ne peut que se demander la signification de cette séquence. Un assassin dont la mère pleure peut-il être véritablement mauvais ?
Et comme c'est une soirée thématique sur le terrorisme, on va en Irlande (20'49"). Puis de là en ex Yougoslavie... Le monde va mal.
Heureusement, le lendemain, c'est le 11 novembre, date victorieuse (21'20"). On s'arrêtera cependant sur cet ancien caporal de 98 ans. Le journaliste s'égosille dans le cimetière militaire : « Et vous, vous avez perdu beaucoup de vos camarades ? » La réponse est sans ambiguïté : « Tous  ! Tous ! » (22'32"). Le vieil homme continue : «  ça ne sert à rien. »
24'28" : les grèves commencent. Les étudiants (qui n'ont pas connu la guerre, c'est bien connu !) ; puis Air France et Air Inter qui sont contre leur fusion. Peu importe, elle se fera.
Le journal est fini. Le quart d'heure qui suivra ne sera que d'anecdotes. On peut skier au Parc des Princes. Au passage, l'air de rien, publicité pour la station d'Orcières-Merlette... (26'24").
Mika Häkkinen, le coureur automobile finlandais, victime d'une grave accident, survivra. Il sera ensuite deux fois champion du monde de Formule  1 : en 1998 et 1999.
Rugby, championnat d'échec avec le jeune Étienne Bacrot, alors âgé de 12 ans. Il joue toujours. Au 1er mai 2021, il était 58e joueur mondial et le N° 2 français.
On finira sur les Rolling Stones (34'49"). Le français de Mick Jagger, « fluent », est charmant.
Au dodo.


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020