Diégèse dimanche 27 juin 2021



ce travail est commencé depuis 7849 jours (47 x 167 jours)
et son auteur est en vie depuis 22302 jours (2 x 33 x 7 x 59 jours)
2021

ce qui représente 35,1942% de la vie de l'auteur
trois mille cent quatre-vingt-six semaines de vie

hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


lundi 27 mars 1995
12713 jours de vie (12713 est un nombre premier)


Il y a 9589 jours (43 x 223 jours)




En ce 27 mars 1995, on massacre au Rwanda, on tue des journalistes en Algérie et c'est la campagne électorale sur fond de chômage et de fracture sociale. Le journal télévisé commence donc par les mêmes images de massacres accompagnées de pleurs et de cris. On évacue les Français du Burundi. Mohamed Abderrahmani est le 35e journaliste algérien assassiné.
Retour en France, comme disent les présentateurs (6'52") : le CNPF devenu depuis le MEDEF, prend un virage social sous la présidence de Jean Gandois. En 1989, alors PDG de Péchiney, il avait embauché Martine Aubry comme directrice adjointe. Cela ne suffira cependant pas, car, au moment de la négociation sur les 35 heures, il claquera la porte en affirmant qu'il a été berné par le gouvernement. On sera en octobre 1997. Françoise Laborde commente, sans dire que le premier facteur d'explication de ce virage social est que Jean Gandois est un des représentants du patronat chrétien du Nord, historiquement paternaliste. Ne voulait-il pas, jusqu'à ses 12 ans, devenir prêtre ?
10'15", les trois « grands candidats » participent - séparément - à un colloque sur l'exclusion, organisé, on le voit au détour d'un placard, par le journal La Croix. Les trois candidats ânonnent leurs éléments de langage transcrits sur des fiches en casse 14 avec double interligne, à moins que ce ne soit en casse 16 pour les plus myopes d'entre-eux. On comprend à les entendre qu'aucun des trois ne ferait, élu, ce qu'il dit qui lieur a été préparé par des conseillers, eux-mêmes conseillés par les mêmes fonctionnaires.
Puisque c'est un JT consacré aux réseaux d'influence catholiques, on rejoint Pierre Méhaignerie (13'42"), notable breton, fils de notable, oncle de notable, cousin de notable de la région de Vitré, ville dont il sera le maire pendant 44 ans, 3 mois et 2 jours.
16'02", on interroge en direct Jean-François Hory, le Président du Parti radical de gauche qui, un an plus tôt, a fait 12% aux élections européennes. Le présentateur a cette question surprenante : « On vous attribue 0,5% des intentions de vote. Est-ce que cela est conforme à vos attentes ? » On imagine bien le scoop si le candidat répondait oui. On avoue qu'on avait complètement oublié son existence. Il faut dire aussi qu'il n'ira pas jusqu'au bout de sa candidature faute du soutien des caciques de son propre parti, dont Bernard Tapie, soutien dont pourtant il se prévaut ce jour-là. Dommage et surtout dommage que 25 ans après, ses propositions n'aient pas été reprises, notamment, le revenu minimum pour les jeunes et la dépénalisation de l'usage de drogues. Quand il affirme qu'il représente une gauche moderne, il a raison ; beaucoup plus moderne en tout cas que le Parti socialiste.
Se succèdent ensuite des faits divers dont on pourrait interroger la juxtaposition éditoriale : père zaïrois renvoyé dans son pays devant laisser femme (française) et enfant (français) derrière lui à cause des lois Pasqua (21'11") ; procès d'un pédophile qui a tué un jeune garçon prénommé Abdel (22'41"). On laissera fonctionner à vide les imaginaires.
Pendant ce temps-là (24'36"), François Léotard vend des armes au Koweit. On sait que les frégates ne lui réussiront pas.
Ce sera ensuite (25'01") Tintin en Slovaquie où une centrale nucléaire russe n'a jamais été terminée, mais où les employés, bien sagement, se rendent chaque matin. Ou alors c'est le moulin de Maître Cornille d'Alphonse Daudet. S'agissant de la centrale de Mochovce, le premier chargement en combustible aura lieu le 29 octobre 1998. Celui de la tranche 4 est prévu en 2023. Ce qui vaut ce soir-là un passage au JT de 20 heures, c'est le partenariat avec EDF.
Patatras ! On a tué le dernier des Gucci, un dénommé Maurizio (27'46"). L'éternel Alain de Chalbron oriente les soupçons sur son cousin. Il se trompe. C'est son ex-femme, Patrizia Reggiani, qui a commandité l'assassinat par l'intermédiaire de sa voyante. elle sera arrêtée le 31 janvier 1997 et condamnée à 26 ans de prison. Quand elle sortira en 2013, elle se rendra immédiatement faire du shopping de luxe, un ara sur l'épaule. On ne sait pas si sa voyante, Giuseppina Auriemna dite Pina, l'accompagnait alors.
On s'approche de la fin. Le sport avec une polémique en Formule 1 (29'07"). Chronique nécrologique. Neuvième Nuit des Molières avec Pierre Arditi (31'01"). On l'avoue ici : on déteste Pierre Arditi, même s'il a été le jeune amant de Barbara qui a écrit et chanté pour lui Les Sables mouvants, qui est une chanson superbe. Les résultats (pipés) du concours se trouvent ici. Yasmina Reza aura bien le Molière de l'auteur (autrice, en l'occurrence). Derrière Arditi, on retiendra que le coiffeur qui officie est bien coiffé. La soirée est dédiée à Madeleine Renaud. On aime beaucoup Madeleine Renaud. Oh les beaux Jours.
Météo. Au dodo.














2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020