Diégèse samedi 15 mai 2021



ce travail est commencé depuis 7806 jours (2 x 3 x 1301 jours)
et son auteur est en vie depuis 22259 jours (22259 = nombre premier)
2021

ce qui représente 35,0690% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondances


mercredi 8 mai 1996
13121 jours de vie (13121 est un nombre premier)


Il y a 9138 jours



En ce 8 mai 1996, pour la première fois, nous dit Bruno Masure, c'est seul que Jacques Chirac célèbre à l'Arc de triomphe de Paris la victoire de 1945. On interroge des enfants comme à l'école, qui répondent d'un air ennuyé, surtout qu'ils ne sont pas à l'école. Ils sont venus là pour voir le défilé pas pour se faire questionner (sur l'air de la chanson de Boris Vian). Sauf qu'on n'est pas en juillet et qu'il ne fait pas beau. On interroge des vieillards qui ont vécu l'événement quand ils étaient jeunes. Il y en avait encore il y a 25 ans.
Et comme il n'avait pas eu assez de commémorations, le Président de la République est allé récupérer Jeanne d'Arc à Orléans pour la reprendre au Front national. En avance sur son temps, on remarquera que Jacques Chirac fait déjà des selfies (4'18").
C'est la fête en France quand l'Italie, elle, juge encore un SS (4'52"). En France, le procès Papon n'a pas commencé. Erich Priebke, après quelques hésitations de la justice italienne, sera condamné à vie... à rester chez lui à Rome où il mourra en 2013. Il avait 100 ans et aucun remord.
L'Afrique du Sud abolit l'apartheid (6'42").
Les Israéliens, dit l'ONU (7'15"), ont sciemment bombardé Cana au Sud Liban, tuant des civils sous la protection des casques bleus. Les Israéliens ne sont pas contents que l'ONU dise cela et affirment que c'est la faute du Hezbollah. Décidément, rien ne progresse dans cette partie du monde.
Édouard Balladur est en Chine. On ne saura pas ce qu'il y fait. On verra juste qu'on a caché les traducteurs derrière des pots de fleur.
Comme c'est un jour férié, ce JT n'est pas édité. On passe d'un sujet à l'autre comme on tourne vite les pages d'un journal qui ne nous intéresse pas.
(9'09) Les petits actionnaires d'Eurotunnel ne sont pas contents. Ils font le voyage sous la Manche. Ils ne récupèreront jamais leur mise. En 2018 encore, le ministère de l'économie et des finances, interrogé par un sénateur, répondra que l'État ne peut se porter garant des pertes en capital subies par des petits porteurs (d'actions d'une entreprise privée). C'était avant la pandémie de la COVID-19. Au fait, qui est désormais l'actionnaire principal de la société Eurotunnel qui pour se faire oublier a changé de nom et a pris celui de GetLink ? Le concessionnaire des autoroutes italiennes Atlantia, privatisé en 1999 et qui appartenait à Benetton jusqu'en 2020, année où l'État italien a repris la main à la suite de l'effondrement du viaduc de Gênes. Et alors ? Qui sait... Peut-être un jour faudra-t-il nationaliser le tunnel sous la Manche.
L'ARC, spoliée par M. Crozemarie, se refait une santé (11'08"). Après les petits porteurs, on va voir les petits donateurs. De toute façon, on peut dire ce qu'on veut, c'est toujours les petits qui trinquent. En fait, ce journal est édité... Jacques Chirac à Orléans peut dire ce qu'il veut. Surtout que pendant ce temps-là, on a incendié le siège social du Crédit Lyonnais... Même pour déménager leurs bureaux, les banquières et les banquiers sont habillés comme il faut (13'06"). On sait se tenir.
Puis on va en Allemagne où les écologistes allemands manifestent contre le retour des déchets nucléaires des centrales allemandes traités en France. Tiens, à 15'29", on dirait Jeanne d'Arc. C'est un effet d'optique. Mais, dans la fumée des barricades, des fumigènes et des gaz lacrymogènes, ces images sont étranges, ressemblant vaguement à un film d'horreur.
À 16'29", le sexe envahit l'internet naissant. Et avec le sexe la pédophilie. Et ce sera bientôt le terrorisme. Jolie publicité au passage pour Microsoft qui promet pour bientôt ce que le jeune vendeur n'appelle pas encore un contrôle parental. S'engage dès 1996 un combat judiciaire qui se règlera plus de quatre ans plus tard sur la responsabilité des hébergeurs, qu'on n'appelle pas encore comme ça.
Il reste encore un quart d'heure de journal quand on passe au tiercé qui se court pour une fois près de Lyon (19'58"). C'est que le PMU se décentralise et qu'on ne pouvait pas refuser au propriétaire de France Galop, M. Lagardère, un publireportage (21'15). On avance donc de dix bonnes minutes le reportage sur le tiercé.
De là, on va à Joinville pour les 40 ans du bataillon du même nom (21'43") et pour faire la communication politique du ministre Guy Drut. Décidément, la chaîne publique a décidé d'apurer ses dettes envers les agences de presse en une seule soirée. À la fois, on est le 8 mai. C'est une fête militaire. 18 000 athlètes en uniforme ! Les yeux de Bruno Masure brillent. On revoit avec plaisir Jean Galfione qui fait le pitre.
Pierre Boulez est décoré à Stockholm (23'49"), en tout cas, pas du Prix Nobel de la paix. On passe vite car Luis Miguel Dominguín, le torero, est mort en Espagne. On rappelle ses « conquêtes » féminines. Sur la fin de sa vie, il avait beaucoup grossi.
Cinéma avec Patrice Leconte et son film Ridicule, qui ne l'est pas (26'25"). Et c'était pour cela surtout qu'on se dépêchait pour avoir le temps de faire la promotion d'un film dont l'autre chaîne publique France 3 est coproductrice. Charles Berling est encore jeune (38 ans) ; Fanny Ardant moins (elle est née en 1949). Mais Fanny Ardant, comme toujours et à n'importe quel âge, ce soir-là à Cannes, est très belle.
On aurait pu en rester là, mais il faut encore se taper une cure et des curistes (33'59"). Mais il s'agit en fait du groupe Cure... C'était un jeu de mot et c'est pour cela que les yeux de Bruno Masure pétillaient cette fois. Il nous a bien eus.
Bon allez, ça suffit. Au dodo.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020