Diégèse vendredi 12 mars 2021



ce travail est commencé depuis 7742 jours (2 x 72 x 79 jours)
et son auteur est en vie depuis 22195 jours (5 x 23 x 193 jours)
2021

ce qui représente 34,8817% de la vie de l'auteur
mille cent six semaines d'écriture

hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


mardi 6 janvier 1998
13729 jours de vie (13729 est un nombre premier)


Il y a 8466 jours (2 x 3 x 17 x 83 jours)




Intéressons-nous aujourd'hui à la langue et aux accents. En effet, quand on écoute M. Lucien Weygand (1'56"), alors président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, on entend ce que pouvait être l'accent provençal, et plus particulièrement un certain accent marseillais au 19e siècle, ou avant. C'est qu'il n'y a pas que la tonalité et la musicalité. Il y a aussi le timbre. Puis, on passe à Charles Hoareau (2'20"), l'infatigable porte-parole du comité de chômeurs, qu'il a créé. Quelqu'un du nord peut penser qu'il s'agit du même accent. Or, pas du tout. Il s'agit là d'un accent ouvrier qui a des caractéristiques communes avec l'accent bourgeois, sinon aristocratique de M. Weygand, mais qui en diffère et pas seulement du fait de la différence de génération entre les deux hommes.
Le sujet est passionnant, dès lors qu'on souhaite s'éloigner de toute glossophobie. On renverra pour sûr à l'étude publiée en 2003 par Nathalie Binisti et Médéric Gasquet-Cyrus dans les Cahiers du français contemporain aux éditions de l'ENS. Certains titres de l'étude sont à eux seuls des poèmes. On apprendra donc que le r constrictif est un des traits saillants relevés dans la manière de parler des jeunes Marseillais (p119) et que la palatalisation est un trait caractéristique des quartiers nord. Mais l'étude a presque vingt ans et sans doute faudrait-il la renouveler.
En tout cas, si on ne veut pas assombrir son moral, qui a de fortes chances d'être déjà bien sombre, il faut éviter le reportage sur les massacres du FIS en Algérie et surtout ne pas croiser le regard de ce petit garçon qui a vu ses cousins âgés de 15 mois, 3 ans et 4 ans se faire égorger.
Et d'ailleurs, il est préférable de ne pas continuer à visionner ce journal télévisé du 6 janvier 1998 et d'éviter ainsi les  images des déportés, du camp de Drancy (25'49") et de Pithiviers, le récit des mauvais traitements dans les camps de Suisse pendant la seconde guerre mondiale,  puis la détresse des réfugiés kurdes. Ou alors, il faut aller directement à la 31e minute, quand des femmes et des hommes kurdes réfugiés improvisent derrière les grillages de la police des frontières italienne une danse animée.
Mais peu importe GIAT industries prépare une arme de dernière génération (32'). On ne sait plus que penser de l'obstination des humains à s'entretuer.


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020