Diégèse mercredi 24 novembre 2021



ce travail est commencé depuis 7999 jours (19 x 421 jours)
et son auteur est en vie depuis 22452 jours (22 x 3 x 1871 jours)
2021

ce qui représente 35,6271% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


vendredi 31 mai 1991
11317 jours de vie (11317 est un nombre premier)


Il y a 11135 jours (5 x 17 x 131 jours)




Ce 31 mai 1991, au journal télévisé de France 3, Paul Amar se fait didactique : la société française change ; cela entraîne de nombreux blocages et les politiques sont dépassés. Bien sûr, il va étayer sa démonstration sur des cas concrets (comme on dit en politique).
Son premier sujet sera la maternité pour autrui, encore connu sous le nom de « mères porteuses ». S'en suit une infographie dans laquelle la question n'est encore abordée qu'au prisme de la stérilité des couples hétérosexuels. Le Premier avocat général de la cour de Cassation n'est pas content : ce serait l'anarchie, dit-il. Le journaliste évoque les fondements de la société humaine. Rien que ça !
On passe ensuite aux relations entre les citoyens et la justice et à une « Journée Portes ouvertes » au Palais de justice de Créteil. On interroge un jeune qui a réalisé un documentaire sur 24 heures de garde-à-vue, relatant ainsi sa propre histoire. On voit quelques extraits montrant les humiliations ordinaires des jeunes ou moins jeunes par les policiers, dépeignant ainsi le problème qui n'est jamais abordé : celui de la culture policière en France, particulièrement inquiétante à travers le temps.
Le syndicat de la magistrature, qui devait s'exprimer par la voix de sa présidente, est dans les embouteillages et on passe aux banlieues (5'15"). Michel Delebarre et Édith Cresson, depuis peu Première Ministre (ou Premier Ministre comme on dit à l'époque). On a du mal à écouter, car le propos politique sur la banlieue, quel que soit le gouvernement, est toujours ou presque non-pertinent. Ici, on va à Orly, rencontrer des femmes en cours d'alphabétisation, puis des rappeurs, en précisant qu'ils seront invités à la garden-party de Matignon. 30 ans plus tard, les genres musicaux se sont diversifiés, mais c'est toujours la même recette, alternant, bien sûr, avec le tout-répressif, tel qu'on le lit dans les programmes de la droite aujourd'hui encore.
La RATP est en grève (7'17"). C'est une forme de répétition des grandes grèves de novembre 1995. Mais, ce qui est amusant, c'est le « télé-trottoir » (8'09"), où les personnes interrogées parlent « comme avant », avec un accent bourgeois ou parigot, le second étant en voie d'extinction.
8'51" : Paul Amar invite les fumeurs à « se planquer » avec un air moqueur, le même que sa consœur quand elle évoque la pagaille parisienne en ce jour de grève. On présente comme une incroyable innovation l'interdiction de fumer dans une entreprise et la création d'une pièce réservée aux fumeurs. Il aura donc fallu une vingtaine d'années pour aboutir à l'interdiction complète de fumer dans les lieux publics et dans les lieux de travail.
10'54" : les personnels hospitaliers chahutent le Président Mitterrand à Grenoble, alors qu'il défile avec le jeune maire Alain Carignon, qui pourrait constituer une prise de la politique d'ouverture du chef de l'État. Ce dernier allait au congrès de la Mutualité française, haut-lieu de pouvoir.
12'20" : on passe à l'étranger en commençant par l'Espagne. Il s'agit d'évoquer la lutte sanglante que mènent les autorités contre les séparatistes basques, par ailleurs connectés avec les indépendantistes irlandais.
13'57" : la controverse sur la découverte du virus du SIDA bat son plein. Le Professeur Gallo tente de relativiser ses premières déclarations, qui ont eu un impact désastreux en France. Les scientifiques français Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier n'obtiendront gain de cause qu'en 2008.
Puis, on va à Marseille (15'12"), sur la Canebière, où, selon Paul Amar, « ça tangue ». Il faut comprendre que la Canebière est une métonymie pour Marseille qui semble quant à elle à cette époque une métonymie pour Bernard Tapie et l'OM. Le mercato bat son plein. On va ensuite à Paris, pour le PSG désormais présidé par Pierre Lescure alors Président de Canal+. C'est enfin le tennis à Roland Garros. Jimmy Connors déclare forfait. Le public l'acclame pendant que les photographes traquent sa douleur (17'25"). Puis on continue avec les autres joueuses et joueurs. Résumé de la journée. C'est ensuite le rugby : Bègles-Bordeaux contre Toulouse, finale déjà jouée en 1969. Bègles-Bordeaux avait gagné en 1969, elle gagnera encore ce soir-là : 19 - 10.
On annonce enfin Thalassa et une expédition moderne dans l'Antarctique de Jean-Louis Étienne. Georges Pernoud est encore jeune. Le présentateur mourra le 10 janvier 2021.
C'est la fin de ce journal. On peut passer à table. Demain : le weekend.


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020