Diégèse lundi 18 octobre 2021



ce travail est commencé depuis 7962 jours (2 x 3 x 1327 jours)
et son auteur est en vie depuis 22415 jours (5 x 4483 jours)
2021

ce qui représente 35,5209% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


jeudi 18 juin 1992
11701 jours de vie (11701 est un nombre premier)


Il y a 10714 jours (2 x 11 x 487 jours)




Ce 18 juin 1992, Paul Amar a la nuque longue et François Bayrou, très jeune, est sur le plateau pour parler de Maastricht. Mais l'affaire du jour, c'est l'équipe de France de football éliminée à Malmö de la Coupe d'Europe. De retour à Orly, philosophe, Michel Platini se demande s'il ne faut pas perdre en 1992 pour gagner en 1996 ou en 1998. Ce n'est pas mal vu, même si, ce jour-là, cela sonne comme un expédient. Fort heureusement, l'ennemi héréditaire, l'Angleterre, a aussi perdu. Et en plus les hooligans s'en sont pris aux vitrines des magasins de Stockholm et les Allemands leur ont emboîté le pas... Ce n'est pas comme cela que l'on va inciter les Françaises et les Français à voter pour le traité de Maastricht... Bien évidemment, de manière subliminale, les casseurs allemands que la police ne peut contenir évoquent les heures sombres de l'Europe des années 1930 et 1940. Heureusement, à Göteborg, la police suédoise, avant le match qui opposera les Pays-Bas à l'Allemagne a repris le dessus. On peut donner le résultat, bien qu'il ne soit pas encore connu lors de ce journal : Pays-Bas, 2 ; Allemagne, 1. Cependant, la finale se jouera entre l'Allemagne et le Danemark qui gagnera 2 à 0 le 26 juin à Göteborg.
Du coup, Loïck Peyron, qui a gagné la Transat anglaise en solitaire apparaît comme un lot de consolation. C'est un peu cruel (7'05"). Pas grave : il la gagnera encore en 1996 et en 2008.
En France, on bataille sur le traité de Maastricht. On pense à un référendum. On sait qu'il aura lieu et que le oui gagnera, la droite, sans doute alors majoritaire dans l'opinion, s'étant présentée en ordre dispersé à l'élection, au sein même du parti gaulliste. François Bayrou (14'09") commente. On dirait un jeune-premier sorti tout droit d'un film muet. S'en suivent des arguties sur le oui ou sur le non. Puis, on joue à se faire peur car, l'Irlande, qui a voté, pourrait voter non, affirment les journalistes. Mauvaise pioche : les Irlandaises et les Irlandais voteront oui à près de 70%.
On enchaîne, ça tombe bien, avec les agriculteurs reçus à Matignon par Pierre Bérégovoy.
21'22" : on passe à l'héritage de Robert Maxwell, le magnat de la presse, tombé de son yacht à 68 ans au large des îles Canaries en novembre 1991. Il était attendu à Londres pour s'expliquer sur un défaut de paiement de 50 millions de livres sterling. Ce 18 juin 1992, ses fils sont soupçonnés d'avoir détourné 1 milliard de francs.
On passe ensuite rapidement sur les autres titres (22'40") : on expulse des Kurdes grévistes de la faim d'une église de Rouen ; attentat à Bastia contre la Socotec ; inondations dans la région d'Albi ; 22 maires démissionnent en Moselle pour protester contre la fermeture d'un liaison ferroviaire.
C'est la fin de ce journal : à table !


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020