Diégèse mercredi 15 septembre 2021



ce travail est commencé depuis 7929 jours (32 x 881 jours)
et son auteur est en vie depuis 22382 jours (2 x 192 x 31 jours)
2021

ce qui représente 35,4258% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte
demain

Table des correspondance de dates


mercredi 31 mars 1993
11987 jours de vie (11987 est un nombre premier)


Il y a 10395 jours, soit 1485 semaines (33 x 5 x 7 x 11 jours)




Ce 31 mars 1993, le ministre du budget porte-parole du gouvernement est à la télévision. Il a de l'avenir : c'est Nicolas Sarkozy. Le Premier Ministre Édouard Balladur a décidé que par mesure d'économie les ministres prendraient les lignes régulières pour se déplacer. Voilà une annonce qui mérite bien le journal de 20 heures...
Mais, ce 31 mars 1993, c'est surtout la première réunion des ministres du gouvernement Balladur. Le nouveau porte-parole disparaît sous les micros sur le perron de Matignon. Il n'est certes pas très grand de taille. Cela ressemblait à un Conseil des ministres, mais ne pouvait en être un, puisque le Président de la République n'en était pas et ce n'était d'ailleurs pas à l'Élysée.
6'39" : Bernard Kouchner, qui voit loin, annonce qu'il sera un jour dans un gouvernement de droite. Il ne sera pas démenti.
7'28" : la sécurité sociale. On énonce les projets de réforme qui seront surtout autant de conflits sociaux. On enchaîne sur les économies, avec des mesures gadget qui, selon le ministre du Budget servent à envoyer des signals (sic). Or, il faut trouver 20 milliards de francs. En euros, cela fait beaucoup moins : environ 3 milliards. Presque rien.
On dévide ensuite les dossiers. Un journaliste souligne que M. Balladur n'a pas de profil présidentiable. On connaît la suite. Sinon, Jean Puech est ministre de la pêche... et de l'agriculture.
17'23" : on passe à l'Intérieur et à la lutte contre l'immigration et le travail clandestins. Le reportage qui suit est clairement raciste dans ses images. Tout le monde y passe, les Arabes, les Noirs et les Chinois... La stigmatisation est évidente. On enchaîne d'ailleurs sur un amalgame insidieux entre immigration et insécurité. Tout va bien.
Michel Barnier succède à Ségolène Royal à l'Écologie (19'59"). L'ancienne ministre repart au volant d'une Renault Twingo verte qu'elle conduit elle-même. Mise en scène, comme souvent avec elle, un peu ridicule et sur jouée. Quant à Lucette Michaux-Chevry, morte le 9 septembre dernier, elle n'a pas été gentille avec Kouchner, qui la tance donc gentiment (22'34").
On assiste ensuite à un dialogue absurde entre Nicolas Sarkozy et Paul Amar où le premier atteste qu'il ne voit pas de difficulté à ce que le nouveau ministre des Affaire étrangères, Alain Juppé, demeure Secrétaire général du RPR, mais que lui, ministre du Budget, ne restera pas Secrétaire général adjoint du même parti, parce qu'il a trop de travail, laissant ainsi supposer que le ministère des Affaires étrangères est une sinécure. On rigole.
Qui sera Président de l'Assemblée nationale (26'09"). On dit bien : Président, car, de mémoire, de présidente, il n'y en a pas eu. Baudis ? Non. Millon ? Non plus. Seguin ? Qui sait ? Mazaud ? Pas sûr. On le sait, ce sera Seguin.
On va ensuite à Lyon où la CGT soutient des ouvriers de Manufrance (28'20"). Le journaliste ironise sur le bon vieux temps où le peuple descendait dans la rue pour des revendications syndicales. Il ne peut évidemment pas connaître les manifestations de l'automne 1995.
Annonce d'États généraux de refondation du PS ; bousculade tragique en Bosnie à Srebenica (30'14"), qui fera quelques morts dont des enfants. Images horribles. En juillet 1995, dans cette même ville, on comptera 8372 morts de mort violente parmi les musulmans bosniaques.
Sport. Cinéma. Le film est très oublié.
Météo. Au dodo !


Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010









2020