Diégèse samedi 30 avril 2022
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam

ce travail est commencé depuis 8156 jours (22 x 2039 jours)
et son auteur est en vie depuis 22609 jours (23 x 983 jours)
2022

ce qui représente 36,0741% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain

table des correspondances


dans 1068 jours (22 x 3 x 89 jours), ce sera le mercredi 2 avril 2025
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 23677 jours (nombre premier)


carnet de voyage de 2025
de
La Mure à Grenoble







Il n'y a qu'une quarantaine de kilomètres entre La Mure et Grenoble, dont la plus grande part en descente. Cela fait plusieurs jours maintenant que je ressens un peu de fatigue et je me suis donc offert une matinée touristique en prenant le Petit Train de La Mure qui conduit à un belvédère et à un restaurant au-dessus d'un lac du meilleur effet. Le cafetier y sert un très bon chocolat chaud, de ceux qui proposent un voyage vers l'enfance, vers le passé. C'est mercredi et les familles se pressent dans les wagons rouges du petit train  ; près de moi, un couple, la quarantaine et leurs trois enfants qui se chamaillent allègrement comme dans l'ancien temps, c'est à dire sans console de jeux ni téléphone mobile, en dehors de l'époque. Le plus grand ressemble curieusement à sa mère et la plus petite à son père. Je regarde alors le passé, et le temps passé et je suis volontiers un de ces enfants dans l'embarras de l'enfance. Et c'est ainsi que le monde continue, au jour le jour, si différent de celui des soixante années qui le séparent de celui de l'enfance et pourtant si semblable. Cela peut sembler paradoxal et même douloureusement paradoxal qu'il continue ainsi quoi qu'il arrive et quelle que soit notre fatigue et notre esseulement qui engloutit le temps. Je me demande quelle place particulière ont tous ces mois d'avril dans ma vie qui aura été somme toute assez solitaire. Ils m'ont parfois donné, rarement, des images douces. Le plus souvent, ils ont été des mois de tristesse. Ce sont les mois du temps inquiet, systématiquement.

Je suis rentré par le train suivant à La Mure, regrettant que ma rêverie mélancolique ait pesé sur cette tentative de détente. Le soir, dans ma chambre grenobloise, sans lumière et silencieuse, je me dis que le sens de la vie, c'est que la vie, plus ou moins rapidement, s'achemine vers le silence. Je ne tire aucune conclusion de cette observation et je m'endors, savourant ce petit moment pendant lequel la vie semble apaisée.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
30 avril





2021 2020

2 avril




2022 2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000