Diégèse Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
lundi 26 décembre 2022



2022
ce travail est commencé depuis 8396 jours (22 x 2099 jours) et son auteur est en vie depuis 22849 jours (73 x 313 jours)
ce qui représente 36,7456% de la vie de l'auteur
hier



L'atelier du texte demain
table des correspondances





dans 3312 jours (24 x 32 x 23 jours), ce sera le mardi 20 janvier 2032

et l'auteur sera peut-être en vie depuis 26161 jours (nombre premier)
le tour des sous-préfectures : Bernay - Eure - Normandie











Bernay est construite à la confluence de la Charentonne et du Cosnier. Je lisais cette notice dans le train de Cherbourg pris gare Saint-Lazare et j'étais déjà chez Flaubert. La toponymie, par essence, est poétique, surtout en Normandie. Je lis ensuite que, depuis le Moyen-Âge, s'y déroule un pèlerinage en l'honneur de Notre-Dame de la Couture et je m'amuse à imaginer qu'il s'agit de la patronne des couturiers et des couturières pour apprendre aussitôt que «  couture  » vient ici de l'ancien-français et signifie donc «  culture  ». J'aurai peut-être l'occasion d'interroger là-dessus la sous-préfète. J'ai une lettre d'introduction que m'a donnée mon ami le sous-préfet de Dreux. Je ne sais cependant pas si je vais en user.

Arrivé à destination en un peu plus d'une heure depuis Paris, j'ai rejoint rapidement mon hôtel, que je trouve un peu près de la voie de chemin de fer pour être vraiment confortable. Puis, je me suis précipité pour visiter le petit musée des beaux-arts de Bernay avant la fermeture. J'ai plusieurs fois avoué ici mon goût pour ces musées valeureux qui ont -  c'est le cas à Bernay  - une programmation culturelle nécessaire. Souvent, je ne m'intéresse qu'à la peinture. On trouve ici beaucoup de peintures de Paul Jouanny, qui résidait à Vernon et qui a peint la Seine sous tous les angles en quantité industrielle. Ma découverte du jour aura plutôt été Hippolyte Girard. Je suis resté longtemps devant son «  Paysage d'hiver  » où, dans une lumière de fin du monde, quand le jour se mesure à la nuit, une silhouette harassée s'éloigne vers un village aussi roussi que la végétation qu'elle traverse. J'apprends que Girard est né à Paris en 1847 de Catherine Girard et de père non dénommé. Plus tard, sa mère se remarie avec un artiste-peintre nommé Tabouin. Les deux toiles de Girard à Bernay proviennent du don d'un même donateur, un certain Eugène-Édouard Lobrot, dont je ne saurai rien, sinon qu'il aimait les peintures de sous-bois de l'école de Barbizon, puisqu'il possédait aussi  «  Le Bois de Fontainebleau  » de Narcisse Diaz de la Peña. Le second, que je trouve plus faible, est aussi vert que le premier est roux. Le peintre du second est plus célèbre que celui du premier, qui, cependant, par moi, lui est préféré.

J'ai ensuite bâclé le reste du musée en quelques instants sous les yeux incrédules de la gardienne de salle. Mais après tout, c'est bien mon droit  ! Je lui ai quand même manifesté mon enthousiasme pour la peinture de Girard, ce qui l'a laissée encore plus perplexe. Elle ne pouvait évidemment pas savoir que dans les musées, cette attitude m'est coutumière. Dans un musée, dans une exposition, chaque œuvre est un conte dont l'artiste est le narrateur, mais on n'a pas l'oreille pour entendre tous ces contes à la fois et quand on en a aimé un, il faut se dépêcher de sortir, quitte à revenir plus tard. Et cela reste loyal pour les artistes. C'est aussi ce qui fait qu'une œuvre n'est pas un objet, mais un manifeste de l'imaginaire. C'est aussi un message à faire passer à la population, qui trop souvent pense que l'art n'existe pas ou que ce n'est qu'une idée.

Tous ces débuts d'années dans ces villes où j'ai trouvé refuge se mêlent dans mon souvenir. Il me semble que je suis parfois comme ces touristes qui ne se souviennent de leurs voyages que des photos qu'ils prennent, avec, si possible, leur trombine dessus.

Je vais dormir. J'ai un peu mal à la gorge. Je crains de m'être enrhumé. Il faut dire que les musées ne sont plus très chauffés depuis une dizaine d'années. Il me semble aussi que j'ai vu quelques flocons.















Hippolyte Girard - Paysage d'hiver - musée municipal de Bernay

Hippolyte Girard - Sous-bois - musée municipal de Bernay










26 décembre






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
20 janvier



2022 2021 2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000