Diégèse
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
dimanche 6 février 2022
2022
ce travail est commencé depuis 8073 jours (33 x 13 x 23 jours)
et son auteur est en vie depuis 22526 jours (2 x 7 x 1609 jours)

ce qui représente 35,8386% de la vie de l'auteur
trois mille deux cent dix-huit semaines de vie
hier

L'atelier du texte demain
table des correspondances

dans 333 jours (32 x 37 jours), ce sera le jeudi 5 janvier 2023
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 22859 jours (nombre premier)




Chaque année au début de l'année, il faut relancer le projet d'écriture. Mais, à mesure que le temps passe, cette envie d'écriture, qui n'en est pas une vraiment, peut apparaître comme velléitaire. Je pourrais certes m'engager dans un livre de souvenirs. Après tout, mes souvenirs valent autant que ceux que l'on peut trouver à l'étal des libraires. De quoi vais-je me souvenir ? Ma mémoire est un fatras, et puis, dans ce fatras, il y a une histoire qui pourrait se prêter à l'écriture. Mais c'est justement celle-ci que je ne veux ni ne peux écrire. Je m'engage donc, une fois de plus dans le commentaire de l'actualité tel qu'il est produit quotidiennement, cet avilissement de l'imaginaire perpétré par la machine médiatique. Car, le traitement de ce qui se nomme « information » semble tenir pour objectif l'avilissement collectif. Il s'agit avant tout de faire du temps présent un objet d'épouvante pour , ayant décupler les pulsions de mort, on continue sans cesse à consommer davantage pour, comme ils disent, soutenir la croissance. Si je veux bien y réfléchir, le travail est simple : distinguer dans le fouillis inextricable des signes qui sont donnés à voir chaque jour, ceux qui marquent l'époque puis, les ayant déchiffrés, les décrypter et le voyage sera long. Je dois essayer d'écrire ici ce qui s'est passé, quitte à me heurter à la banalité du propos.

Avec le temps, je m'aperçois, et je ne peux plus le nier, que mon imaginaire est un imaginaire de catastrophe, un imaginaire de défaite.

Alors, je m'attable pour écrire. Il ne se passe rien. Aucun son ne parvient jusqu'au texte et je reste dans le silence du texte.

Pourquoi faudrait-il écrire ? On dit que les paroles passent et que les écrits restent. C'est évidemment faux, et les paroles restent aussi, quand ce sont des paroles et non pas seulement des mots. Mon esprit vagabonde. Il passe par l'obélisque de la place de la Concorde et je serais bien en peine d'expliquer pourquoi. Il s'enfuit vers le jardin, encore maintenant, de nouveau, en proie aux herbes folles, puis, file vers le nord, vers l'hiver, plus avant, au plus creux de la nuit.





6 février






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
5 janvier




2022 2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000