Diégèse
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
jeudi 7 juillet 2022

ce travail est commencé depuis 8224 jours (25 x 257 jours)
et son auteur est en vie depuis 22677 jours (3 x 7559 jours)
2022
ce qui représente 36,2658% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain
table des correspondances

dans 1660 jours (22 x 5 x 83 jours), ce sera le vendredi 22 janvier 2027
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 24337 jours (nombre premier)

Carnet de voyage de 2027
de
Rouen Rive Droite au Havre
départ à 7h23, arrivée à 8h19
séjour au Havre jusqu'au samedi 13 février 2027

Je m'installe au Havre pour plus de trois semaines et j'ai trouvé un appartement dans le centre-ville reconstruit par Perret. Les bâtiments Perret me sont presque familiers, pour en avoir vu à Marseille et dans d'autres villes de France. Mais, c'est la première fois que je vais habiter un de ses appartements. Je me demande pourquoi, pour ces reconstructions d'après-guerre, il y a eu cette nécessité de la radicalité aboutissant à des parti-pris architecturaux parfois intolérables. Ces alignements, ces perspectives, multipliés jusqu'à l'hallucination, produisent une forme d'illusion urbaine qui vient remplacer la réalité détruite à jamais. Il s'agissait peut-être d'oublier le récit de la bataille, le récit de la guerre. Il faut bien avouer que, parfois, cela fonctionne. L'apparition du Volcan de Niemeyer, avec ses formes souples tranchant avec la raideur environnante est un indéniable succès. On est à chaque fois transporté dans ce devenir-là, cet avenir radieux et ces lendemains-qui-chantent qui forment le socle idéologique de tout cet urbanisme. J'attendais depuis longtemps de pouvoir visiter la bibliothèque rénovée et d'assister à un spectacle dans ce lieu qui a été une des premières maisons de la Culture de Malraux, avec Bourges, Amiens, Grenoble. Quelle ambition alors pour rendre à la population, par le spectacle et par la connaissance, une imagination fertile et confiante  ! Le musée Malraux lui fait écho, un peu plus loin en front de mer, premier musée reconstruit après guerre. Je suis déjà venu au Havre, spécialement pour ce musée, un jour au retour d'Étretat, alors que ce n'était pas la route du retour pour Paris. Mais je voulais aussi voir le pont de Tancarville, le seul qui ait jamais donné son nom à un séchoir à linge. Je retournerai le voir aussi. J'ai le temps.

J'ai passé toute cette première journée pluvieuse sans sortir ou presque, arrivant trempé de la gare avec un capuchon ridicule sur la tête, mon visage ruisselant. J'ai ensuite passé le temps à cette écriture habituelle qui ne parvient pas à faire texte. Le texte échoue sur l'idée même du texte. Je ne sais plus quoi imaginer, plus quelle forme choisir, pour avancer. En apparence, ce qui s'écrit forme un texte, qui porte même la marque de la succession de ces choix et de ces renoncements qui font l'écriture. Au final, je n'ai rien à penser de cette journée, la première ici, espérant seulement que les suivantes ne lui ressembleront pas.





7 juillet






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
22 janvier




2022 2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000