Diégèse
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
mercredi 27 juillet 2022
2022
ce travail est commencé depuis 8244 jours (22 x 32 x 229 jours)
et son auteur est en vie depuis 22697 jours (22697 est un nombre premier)
ce qui représente 36,3220% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain
table des correspondances

dans 1850 jours (2 x 52 x 37 jours), ce sera le vendredi 20 août 2027
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 24547 jours (nombre premier)
carnet de voyage de 2027
d'Aurillac à Figeac

départ à 12h24, arrivée à 13h39
séjour à Figeac jusqu'au 24 août 2027

J'aime beaucoup Figeac et j'ai jadis pensé pouvoir m'y installer à demeure. J'aurais donc pu écrire que je me suis figé à Figeac, ce territoire qui appartenait jadis au peuple gaulois des Cadurques. Il m'aurait alors suffi de retirer une lettre pour pouvoir écrire que caduque, je me figeai à Figeac, ajoutant ainsi une étymologie fantaisiste à celles qui existent déjà.

Figeac me donne la nostalgie d'une vie que je n'aurai pas eue, dans une sous-préfecture aux fournisseurs attitrés et dont on est reconnu. Je pourrais m'imaginer en centre-ville, attablé, sirotant à une terrasse d'habitués, dont certains très âgés, un café ou un verre de quelque chose en regardant le temps passer. Je rentrerais le soir la tête remplie d'anecdotes insignifiantes livrées par des compères attendant la mort. Ou alors, je m'imagine que je suis encore en vacances, que je retrouverai bientôt le bureau et les collègues de bureau et je manipule un peu cette idée comme on triture dans son assiette un bout de viande quand on n'a plus vraiment faim. Puis, je reviens à l'idée que je suis un retraité qui écrit sans devenir écrivain et cela parvient à me faire sourire. Me vient aussi parfois l'idée que je pourrais entreprendre des voyages plus lointains, retourner à Beyrouth, voire à Bagdad comme on revient à une vieille rêverie mais je préfère aller toujours vers d'autres villes imaginaires comme sont imaginaires les villes de son propre passé. Certes, ces villes imaginaires pour d'autres doivent désormais être bien réelles, comme étaient bien réelles ces mêmes villes lorsqu'on y vivait. Je reste donc dans Figeac imaginaire refusant de prendre scrupuleusement le temps à rebours au risque de rencontrer un trou noir.

Pour l'heure, les vacanciers du mois d'août goûtent leurs derniers jours de vacances et les commerçants se plaignent déjà d'une saison en demi-teinte, la chaleur ayant donné la préférence aux magasins climatisés de la périphérie de la ville. C'est le moment où pour les enfants et tous ceux qui les accompagnent, bien que l'été ne soit pas encore fini, l'idée d'été est déjà close par les préparatifs de la rentrée des classes. On sort du sac de plage la liste des fournitures que l'on achètera ici, car c'est sans doute moins cher, ce qui n'est pas certain. Tout à l'heure, un petit garçon encore en costume de bain se promenait affublé d'un gros cartable dans les rayons du supermarché en affirmant que ce cartable était son rêve. Il est vrai qu'un enfant invente n'importe quel rêve et peut indéfiniment le garder en mémoire.

De retour dans ma chambre d'hôtel juste avant le repas, je me promets d'aller au musée de Figeac installé dans la maison natale de Champollion et consacré aux Écritures du monde. C'est un endroit que j'affectionne particulièrement.

L'orage menace. Je dînerai ici.




27 juillet






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
20 août





2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000