Diégèse
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
mardi premier mars 2022

ce travail est commencé depuis 8096 jours (25 x 11 x 23 jours)
et son auteur est en vie depuis 22549 jours (22549 est un nombre premier)
2022
ce qui représente 35,9040% de la vie de l'auteur


hier

L'atelier du texte demain
table des correspondances

dans 510 jours (22 x 112 jours), ce sera le lundi 24 juillet 2023
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 23059 jours (nombre premier)





J'ai quitté le bord de mer pour m'installer dans les terres pour une semaine, dans une de ces maisons aménagées pour accueillir les touristes après une réservation par l'internet. C'est une sorte de pas de côté. Parfois, je ne vois pas la mer pendant des jours. J'aime la mer quand je parviens à m'éloigner de son concept culturel qui la transforme en décor et par là même en souvenir instantané, mais je n'y parviens pas toujours. Ainsi, il est préférable que je m'en éloigne.

Je ne lis pas les journaux, je n'écoute pas la radio, je ne sais rien de la marche du monde si ce ne sont les gros titres sur les affiches du kiosque près du magasin où je vais prendre les courses du quotidien. Je ne le fais pas car, je n'ai pas envie d'être ému, ni surtout attristé pour la journée entière. C'est une forme de désintoxication qui permet ensuite de mieux percevoir encore comment les services de communication, transformés en officines d'intoxication, manipulent les médias pour mieux manipuler l'opinion et puis ces médias n'évoquent en fait que les choses matérielles et, de façon tout à fait décidée, je m'éloigne des choses matérielles autant que je le peux. Que seront ces jours face à l'histoire ? Ce serait la seule question possible, mais ils ne la posent jamais.

Malgré la chaleur implacable, encore accrue dans les terres, j'avance dans le texte à écrire. C'est un texte dont je ne connais pas encore le titre. Il m'arrive de penser que ce pourrait être un livre et puis je me rappelle la déception du contact avec le corps du livre même, car le livre pose toujours, d'une façon ou d'une autre, le problème de la couronne du succès. Mais je sais que c'est un texte de fiction avec des personnages.

Parfois, j'emmène les personnages au bord de la mer. C'est d'abord que la mer me fait penser au temps quand le temps ne prend pas son essor. Parce qu'ils y a aussi la mer, parce qu'il y a aussi l'océan, je peux les laisser faire, je peux les laisser partir comme je les laisse dire, comme je les laisse faire, comme je les laisse agir et ne pas agir. Ils vont sur la plage à la recherche des images perdues que je ne me rappelais pas. Je pense à des pays lointains, dans les terres, à ces provinces reculées dont les paysages me manquent souvent, même si désormais je ne m'en souviens plus bien. De temps en temps c'est un mot arabe qui me revient pour dire les choses que je vois même si je fais parfois semblant de l'oublier ou de ne pas le savoir. J'aime cette langue qui admet que ce qui est étrange puisse être extraordinaire et rare.





premier mars






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
24 juillet





2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000