Diégèse
Calendrier de vie de l'auteur en spirale d'Ulam
vendredi 18 mars 2022

ce travail est commencé depuis 8113 jours (7 x 19 x 61 jours)
et son auteur est en vie depuis 22566 jours (2 x 3 x 3761 jours)
2022
ce qui représente 35,9523% de la vie de l'auteur
mille cent cinquante-neuf semaines d'écriture

hier

L'atelier du texte demain
table des correspondances

dans 661 jours (661 est un nombre premier), ce sera le lundi 8 janvier 2024
et l'auteur sera peut-être en vie depuis 23227 jours (nombre premier)




Est-ce que l'année nouvelle, qui augure d'une nouvelle époque apportera un texte nouveau ? Rien n'est moins certain. Encore faut-il savoir faire signe. Certes, je progresse dans le texte, mais, cette progression est si progressive qu'elle est agaçante, qu'elle est impatiente. Je ne comprends pas pourquoi l'écriture est aussi difficile. Parfois, je commence une phrase et il me faut plus de dix jours pour la terminer. Je dois certainement me convaincre qu'écrire peut aussi être simple et sophistiqué, qu'il faut savoir poser quelques mots qui décriraient l'instant sans grand souci du poids à venir, sans penser aux ouragans dans le monde entraînant un lot de catastrophes humaines et matérielles. Peut-être que pour écrire, il faudrait aussi accepter d'être un personnage du texte et ne plus chercher à en être l'auteur, puis aller vers une réconciliation complète avec ce personnage écrivant.

Toute la journée s'est passée dans la lecture des messages reçus depuis quelques jours et que je n'avais pas encore consultés. J'ai reçu un message d'une femme m'assurant de toute son affection. Je n'ai aucune idée de qui elle peut bien être. Sans doute quelque service de vœux automatiques associé à un carnet d'adresses. Le soir venu, je suis descendu à pied vers la gare, de retour vers l'humidité sale de la grande ville, vers la saleté de la ville sale. La jeunesse se rassemble chaque soir sur les quais. Je me souvenais que de mon temps aussi c'était banal, que c'était commun et que c'était même habituel. Il y a des filles avec des pantalons troués et des garçons avec les cheveux longs. Quelques groupes échangent parfois un regard furtif. Puis, sans but précis de promenade, je m'amuse à chercher sur le plan les rues qui portent le nom d'une bataille, et je m'y rends. Alors que j'arrivais rue de Lodi, j'ai ressenti comme un vertige. C'était presque rien, un peu de fatigue, sans doute. Je voudrais bien dormir cette nuit.





18 mars






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010






2021 2020
8 janvier




2022
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000