mardi 24 janvier 2023

mardi 24 janvier 1961, il y a 62 ans BLAISE CENDRARS EST MORT

Le Monde - publié le 24 janvier 1961



Quatre jours après avoir reçu le Grand Prix littéraire de la Ville de Paris, Biaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric Sauser-Hall, est mort. Il s'est éteint doucement samedi après-midi, entouré de sa femme Raimone, de son fils et de sa fille, dans son appartement de la rue José-Maria-de-Heredia. Il avait soixante-treize ans.
Il y a cinq ans une hémiplégie avait terrassé ce voyageur et l'avait cloué dans son lit. Son état avait beaucoup empiré dans les derniers six mois, et on s'attendait à une issue très prochaine quand le Conseil municipal lui fit mardi l'hommage de son Grand Prix. Nous avons rappelé à cette occasion (1) les grandes étapes d'une vie mouvementée commencée en Suisse à La Chaux-de-Fonds, où il était né en 1887, et tôt livrée aux aventures et aux voyages à travers le globe : la Chine à quinze ans, New-York, le Brésil, l'Afrique... Chasseur de sensations, d'histoires vraies ou imaginaires, chasseur d'images aussi puisque le cinéma devait l'attirer comme tous les hommes de sa génération.
La guerre de 1914-1918 lui avait coûté un bras. " Ma main coupée qui est au ciel ", comme il l'a écrit. Cette amputation n'avait pas diminué son extraordinaire vitalité. Elle lui avait donné l'expérience de la souffrance, son moignon n'ayant jamais cessé de le tourmenter. Sa femme rapporte qu'" il lui arrivait de se cogner brutalement contre les murs, comme pour chasser cette douleur d'un seul coup ".
Homme de l'avant-garde littéraire, il s'était lié dès 1913 aux poètes qui cherchaient à la poésie, dans l'humour, la fantaisie et la contemplation du monde moderne, des sources rafraîchissantes, C'étaient Apollinaire, Max Jacob, Valéry Larbaud... Lié aussi aux peintres de cette même avant-garde : Chagall, Picasso, Léger.
Son œuvre commença par des poèmes : les Pâques à New-York (1912), la Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France (1913), etc. ; se poursuivit par des romans : l'Or (1925), Moravagine (1928), le Plan de l'Aiguille (1929), etc. Elle se termina par des souvenirs : la Main coupée (1946), Bourlinguer (1948), etc.

(1) Voir le Monde du 18 janvier.