Diégèse Les narratrices et les narrateurs
Journal de Tiffène en 2019 - 40 jours -
Tiffène vit et travaille à Rodez en Aveyron




1
jeudi 4 janvier 2024 vendredi 4 janvier 2019 Quel réveillon ! je n'espérais pas m'y amuser autant. Le thème de la soirée était « Les blonds Ruthènes ». Je n'ai pas eu grand chose à faire. Tiffène est blonde, c'est bien connu. Mais, Jean-Marie en blond platine, je n'aurais jamais cru voir ça un jour. On a beaucoup dansé. Il y avait un grand blond à qui j'aurais bien demandé s'il était un vrai blond. Mais, il est parti avec un autre grand blond, dont on distinguait pourtant nettement les racines. Est-ce qu'il y a plus de blonds gays que de bruns ? Je ne parierai pas. Mais, c'est exactement ce que m'a dit Madame Gautrais la dernière fois qu'elle est venue au salon. Je ne l'ai pas contrariée...

Tant pis pour le grand blond... De toute façon, Personne n'avait promis qu'il s'agirait d'un réveillon de Ruthènes en rut.




2
lundi 8 janvier 2024 mardi 8 janvier 2019 Le salon a réouvert aujourd'hui. Bien sûr, Sofia était en retard. Elle est toujours en retard le mardi. On dirait qu'elle le fait exprès. Cédric était en avance. Il est toujours en avance. Mais cela ne compense pas le retard de Sofia, puisqu'il ne fait que les hommes.

J'ai cru halluciner quand le grand blond aux racines brunes de la soirée de réveillon est entré vers onze heures. Apparemment, il ne m'a pas reconnue, mais moi, je n'oublie jamais une teinture qui fout le camp. Il a expliqué à Cédric qu'il voulait retrouver sa couleur naturelle, car, il venait de rencontrer quelqu'un qui préférait qu'il ne soit pas blond. J'imagine que c'est le blond Rutène ! D'ailleurs, vu le lascar, j'aurais dû deviner que « Rutène » ne prenait pas de « h », comme je l'ai écrit vendredi. Je trouvais sans doute que cela faisait plus antique... C'est stupide. Bon, mais c'était pourtant comme cela que c'était orthographié sur le carton d'invitation. Certes, je ne me suis pas jetée sur les œuvres complètes de Cicéron pour vérifier.

J'ai proposé à Cédric de m'occuper de la teinture de l'amant du « blond Rutène », avec l'espoir sans doute naïf de le faire parler sur ce « quelqu'un » qui ne l'aimait pas en blond. Mais, Cédric n'a pas voulu. Il a toujours aimé les fausses blondes.




3
dimanche 14 janvier 2024 lundi 14 janvier 2019 Je me demande parfois si je n'ai pas choisi ce métier parce que l'on ne travaille pas le lundi. Dans mon enfance, toutes les boutiques étaient fermées le lundi. On fermait aussi entre midi et deux. Et puis, peu à peu, la règle s'est atténuée. On va même maintenant faire ses courses le dimanche matin, voire toute la journée. Mais, il y a une profession qui respecte scrupuleusement la règle du lundi fermé, c'est celle des coiffeuses et des coiffeurs. Je ne sais pas si cela va durer. Il suffirait qu'un gros franchisé déroge pour qu'assez vite tout le monde suive. Beaucoup de coiffeurs pour hommes ont déjà dérogé. La concurrence était trop vive avec les barbiers qui ont fleuri en centre-ville. Même si ceux-ci ne drainent qu'une clientèle jeune et très urbaine, beaucoup d'enseignes, surtout dans les grandes villes, ont préféré ne pas laisser le rideau baissé. Dans les petites ville, c'est différent. La clientèle est une clientèle d'habitués. On pourrait ouvrir le salon qu'elle ne viendrait pas pour autant.

J'ai croisé hier l'amant supposé du blond Rutène. Je ne sais pas si c'est Cédric qui lui a fait cette teinture noir-corbeau, mais c'est raté. Du coup ça le vieillit. On dirait un homme politique qui ne veut pas montrer ses cheveux blancs, alors qu'il doit à peine avoir trente ans. J'aurais mieux fait de m'en occuper... Même si je n'ai pas vraiment intérêt à l'embellir.

Je ne me fais pas d'illusion sur mes chances avec le blond Rutène. Ce n'est pas une raison.




4
vendredi 26 janvier 2024 samedi 26 janvier 2019 Quand j'ai vu le planning, j'ai failli m'évanouir. Et quand j'ai vu le nom des clientes qui venaient aujourd'hui, j'ai failli m'évanouir deux fois. D'ailleurs, je devrais plutôt les appeler des patientes. J'ai parfois entendu dire que les Aveyronnais ne sont pas bavards. Ce n'est pas le cas des Aveyronnaises, en tout cas, pas chez le coiffeur.

J'ai commencé la journée par les hémorroïdes de Madame M. Je ne sais pas pourquoi elle s'est cru autorisée à me donner les détails de sa pathologie, y compris ce que le médecin lui a dit qu'il ferait si le traitement qu'il lui a donné ne la soignait pas. Le pire, c'est qu'elle bougeait tout le temps, j'ai failli lui couper une oreille.

Madame A. m'a ensuite, au moins pour la troisième fois, raconté sa césarienne sous anesthésie péridurale. Elle doit savoir que je crains les piqures alors elle insiste copieusement sur l'aiguille de la péridurale. J'ai donc failli m'évanouir pour la troisième fois. Je préfère encore les hémorroïdes.

Madame B. était enrhumée. Elle éternuait et reniflait sans cesse avant de se moucher bruyamment dans un mouchoir à carreaux qu'elle avait hérité, sans doute, de sa grand mère. Si j'ai le nez qui coule demain, je porte plainte.

Mais voilà que vers 18 heures, le blond Rutène est entré dans le salon pour prendre un rendez-vous pour samedi prochain. Il m'a souri. Et j'ai failli m'évanouir pour la quatrième fois de la journée.




5
vendredi 9 février 2024 samedi 9 février 2019 Cette fois, c'est décidé, je vais en boîte ce soir. J'ai envie de danser, de boire des coups, de me vider la tête sur de bonnes grosses basses qui font vibrer tout le corps. Il faut que je trouve une copine pour venir avec moi. Une fille qui va toute seule en boîte, c'est vraiment la lose. C'est aussi vrai pour un mec d'ailleurs. C'est pour cela que les filles vont en boîte en groupe et les mecs en bande. La différence entre le terme « groupe » et le terme « bande » est simple. Une bande est rassemblée dans un but précis. Ce but est rarement positif. Il peut donc aussi, bien sûr, y avoir des « bandes » de filles. Cela arrive très souvent. La différence est que les mecs ne savent être en groupe qu'en étant en bande. Mais je suis un peu âgée pour avoir une bande de copines, et même un groupe de copines. Je vais demander à Axelle. Elle aura peut-être envie et elle vient de larguer son mec.

Reste à décider où aller. Peut-être au Loft 89, mais la clientèle est un peu jeune. L'Excalibur est très bien, mais c'est à Espalion et encore faut-il pouvoir y aller et en revenir. Le Pacha Club ? Il faut voir si c'est ouvert, j'ai entendu qu'il y a eu un incendie à côté il y a six mois.

Je vais laisser choisir Axelle...




6
vendredi 15 mars 2024 vendredi 15 mars 2019 Je sors du tunnel. Enfin j'espère...

Quelle terrible soirée que celle du 9 février... Et dire que j'ironisais sur les bandes de filles et les bandes de garçons. Je me trompais. Les filles aussi sortent en bande et peuvent être tout aussi féroces que les garçons.

Je vais essayer de raconter, mais je ne donnerai pas de détails. C'est encore trop frais.

Alors... On s'est d'abord fait brancher par deux mecs un peu lourds qui ne nous plaisaient pas, mais alors pas du tout. Pensant que cela nous sortirait d'affaire et alors qu'ils se faisaient un peu insistants, Axelle leur a dit que nous étions lesbiennes. C'était une bonne idée, car ils nous ont lâchées. Mais, nous les avons vus se diriger vers une bande de filles, je dis bien une bande et pas un groupe, à qui ils ont très certainement raconté que nous étions deux lesbiennes. Alors, trois ou quatre filles sont venues et ont commencé à nous raconter des fadaises qui étaient des provocations. Franchement, je ne croyais pas cela encore possible en 2019.

Heureusement, un des gars qui fait le service d'ordre a vu leur manège et est venu leur demander de nous laisser tranquilles. Nous l'avons remercié et nous lui avons demandé s'il pouvait, ou l'un de ses camarades, nous raccompagner jusqu'à notre voiture sur le parking. Il a fort heureusement accepté, car les furies étaient déjà dehors à nous attendre. Heureusement, Axelle conduit bien et elle a une voiture puissante. Nous avons pu les semer sans prendre trop de risques, car, bien sûr, elles nous ont suivies. Nous avons porté plainte au commissariat mais nous n'avons pour le moment aucune nouvelle.




7
vendredi 29 mars 2024 vendredi 29 mars 2019 Cette histoire dans et à la sortie de la boîte de nuit m'a profondément choquée. Je ne croyais pas possible, en France, en 2019, que l'on soit agressé·e à cause de son orientation sexuelle et même, dans ce cas précis, à cause d'une orientation sexuelle supposée. Ou alors, assez bêtement, je croyais que ça ne se passait qu'à Paris ou à Marseille ou dans de très grandes villes, mais pas chez nous en Aveyron. Pourtant, un coup d'œil rapide aux archives des journaux montre que ce n'est pas la première fois. En mai 2016, par exemple, deux hommes ont été menacés et dépouillés à Millau. Certes, c'est en Lozère, mais c'est pareil. L'autre préjugé que j'avais était de penser que les agressions homophobes ne concernaient pas les lesbiennes. C'était idiot. Enfin, je pensais que les agresseurs ne pouvaient être que des hommes, ce qui est tout aussi faux.

Je me suis renseignée et il y a une association qui existe à Rodez depuis 2012, qui se nomme Alertes. Je ne sais pas s'iels m'accepteraient. Mais, c'est sans doute encore un préjugé. Je suppose qu'ils ne demandent pas de justificatif des parents à l'entrée. En tout cas, déjà, je pourrais témoigner de cette agression et du fait qu'apparemment les filles qui nous ont agressées au risque de nous mettre en danger sur la route n'ont pas été inquiétées, ni même entendues.




8
jeudi 4 avril 2024 jeudi 4 avril 2019 Madame T. a dit à Madame G. qui l'a dit à Madame R. qui me l'a répété, qu'elle ne venait plus au salon parce que « j'aimais les filles » et que cela la mettait mal à l'aise. Les gens sont vraiment bizarres. Je me demande bien comment Madame T. a eu vent de cette histoire à la discothèque. Rodez est vraiment un village. Ça ne peut venir que des videurs ou de la police. J'imagine mal Madame T. fréquenter les videurs en question, mais on ne sait jamais. Peut-être que son mari est policier, ou bien son voisin... Ce n'est pas bien grave, je me passe bien de Madame T. comme cliente. Elle a trois cheveux et elle n'est jamais contente de sa teinture. Elle a voulu un jour que je lui fasse une permanente et elle a ensuite crisé parce que ça la brûlait et elle a menacé de porter plainte. Visiblement, elle aime la police.

C'est quand même curieux cette phobie de Madame T. Elle adore Cédric qui est quand même une folle perdue et cela ne l'a jamais gênée. Si jamais elle revient, je lui demanderai si elle ne veut pas que je fasse quelque chose pour sa moustache et je lui dirai : « il ne faudrait quand même pas qu'on vous prenne pour un travesti. » Comme cela elle ne reviendra jamais et elle saura pourquoi... mais elle ne s'en vantera pas.




9
lundi 8 avril 2024 lundi 8 avril 2019 Les rumeurs peuvent être dévastatrices, mais celle-ci a un effet bénéfique inattendu. Le salon était un de ces salons de coiffure parmi tant d'autres, un salon de province, pour les femmes et pour les hommes, avec une clientèle assez âgée, en moyenne et je ne risquais pas d'oublier comment on faisait une mise-en-plis ou un brushing pour messieurs. Depuis l'aventure de la discothèque et ce qui s'en est suivi, je vois petit à petit la clientèle changer, rajeunir et bien sûr, la demande se modifier. Rien que la semaine dernière, j'ai fait quatre teintures bleues, trois pour des jeunes femmes et une pour un jeune homme. J'ai épuisé mon stock. Il faut que j'en recommande.

Bien sûr, cette nouvelle clientèle a un effet d'éviction et il y a même une cliente qui m'a dit qu'elle ne viendrait plus parce qu'elle ne voulait pas être assise à côté de drogués (sic). Qu'elle ne revienne plus m'est bien égal et j'aurais fini par lui faire une tonsure en plaidant l'erreur technique. Le plus drôle, c'est Madame R., qui, elle, trouve ces jeunes très sympathique et qui m'a avoué en riant qu'elle voulait faire une surprise à son mari pour leur anniversaire de mariage et se faire teindre en bleu de la tête aux pieds. Je lui ai dit que je me chargerai volontiers de la tête et que pour le reste, il faudra qu'elle se débrouille autrement. On a bien rigolé.





10
mercredi 10 avril 2024 mercredi 10 avril 2019 J'ai coiffé aujourd'hui ma première cliente trans. Aussi curieux que cela puisse paraître, cela n'était jamais arrivé. Je suppose que les personnes trans, surtout à Rodez, ne vont que là où iels se sentent en confiance. Comme le courant passait bien entre nous, je lui ai demandé pourquoi elle avait choisi ce salon. Elle a ri et m'a dit que c'était le seul salon queer de la ville. Je ne pense pas que ce soit vrai. Mais, ce qui est différent, peut-être, c'est que c'est devenu un salon queer friendly qui n'a pas l'apparence d'un salon branché.

En effet, on a parfois l'impression que la communauté LGBTQI+. Je vérifie sur l'internet que je ne me suis pas trompée.... Et zut, j'ai oublié une lettre : LGBTQIA+, le A pour asexuel·le ; le I pour intersexe et les autres lettres, c'est facile : Lesbienne, Gay, Trans, et Queer. Donc, on a parfois l'impression que « la communauté » est composée de personnes de moins de trente ou quarante ans se promenant volontiers en paillettes. Mais ce n'est pas vrai. La personne trans que j'ai coiffée voulait la même mise-en-plis que Madame T., à peu de choses près, mais elle avait moins de moustache qu'elle. Ce qui est bien avec les personnes trans, c'est qu'elles sont mieux suivies au niveau des hormones. J'aurais pu le dire à Madame T, mais elle ne reviendra certainement pas.




11
mardi 16 avril 2024 mardi 16 avril 2019 Je vais changer le nom du salon. J'avais gardé le nom de l'ancien gérant afin de ne pas effrayer la clientèle. J'avais juste rafraîchi un peu la devanture, rajeuni un peu l'intérieur tout en conservant les anciens fauteuils. Ils sont très bien ces fauteuils et peu à peu, d'ailleurs, de ringards, ils sont devenus « vintage ». Et puis, je ne voulais surtout pas l'appeler « Tiffène » ! Tout le monde aurait cru à un jeu de mot. Déjà que je l'ai entendu toute mon enfance et mon adolescence ce jeu de mot... Peut-être que je suis devenue coiffeuse parce mes parents m'avaient prénommée Tiffène. Je crois savoir pourquoi ils ont choisi ce prénom : ils auraient voulu avoir un garçon qu'ils auraient appelé Stéphane. Quand ils ont su qu'ils auraient une fille, ils ont hésité à m'appeler Stéphane, mais Stéphane Audran était un peu oubliée. Alors, ils m'ont appelée Tiffène. Je leur en suis reconnaissante. M'appeler Stéphane à l'école n'aurait pas été simple. Mais, je remarque qu'une certaine indécision quant au genre préexistait à ma naissance.

Je voulais, un temps, appeler mon salon « Sans gêne ». Et puis, j'ai eu trop peur que cela n'incite certain·e·s à faire n'importe quoi, voyant dans le nom l'autorisation à être elleux-mêmes « sans gêne ». Non... Déjà qu'il ne faut pas les pousser...

Je vais donc appeler mon salon « Mixte·s  Tiffène ». Bon... Il y a presqu'un jeu de mot, mais ça passe.




12
samedi 20 avril 2024 samedi 20 avril 2019 C'est fait ! Ils ont posé la nouvelle devanture aujourd'hui. Ça en jette ! J'avais organisé un petit apéro à la fermeture pour les habitués et j'ai failli vraiment défaillir ! Le blond Rutène est venu. Au début, j'ai cru qu'il était tout seul, mais son chéri dont on voit toujours les racines est arrivé peu après. Franchement, venir à un apéro dans un salon de coiffure avec des racines brunes de trois centimètres de long, c'est de la provocation.

Les deux, la bouche en cœur, sont venus me féliciter pour avoir ouvert le premier salon de coiffure queer de Rodez. N'importe quoi ! D'abord, ce n'est pas le premier et ensuite, ce n'est pas un salon Queer. Si Madame T ou Madame R apprennent qu'elles font faire leur mise-en-plis dans un salon queer - qu'elles prononceront sans aucun doute « cuir » - rien ne va plus. Parce que quand même, ce n'est pas avec les blondasses à racines que je vais faire mon chiffre d'affaire.

Bon, je m'emporte. Mon blond Rutène était encore plus beau que d'habitude. Je dirais bien que c'est du gâchis, mais ce serait homophobe. Disons que s'il pouvait être un peu fluide, ça m'arrangerait quand même.




13
samedi 4 mai 2024 samedi 4 mai 2019 Le salon marche de mieux en mieux. J'ai fait le bon choix. Il faut que ça marche parce qu'avec toutes ces fêtes... J'ai fermé le premier mai, mais je vais ouvrir le 8. Bien sûr, ici, ça ne plaira pas à tout le monde, mais c'est moi qui connais le nombre de jours où je dois ouvrir dans le mois pour faire mon chiffre. En plus, ce sont des moments propices pour aller chez le coiffeur. Mon carnet est plein du matin jusqu'au soir.

J'ai triplé ma consommation de teinture. Quant à la teinture bleue, je n'en parle même pas. La teinture rouge, j'en faisais encore de temps en temps. Il y a un genre de femmes entre 50 et 70 ans qui aiment se faire teindre les cheveux en rouge. Je ne dis rien, mais je pense qu'il doit bien y avoir d'autres façons d'assumer la ménopause.

Côté mecs, je suis avec précision les coiffures les plus récentes des footballeurs et des rappeurs. Ce n'est pas si facile en fait... Je suis même allée voir un barbier pour qu'il m'enseigne quelques trucs pour réussir les sculptures à la tondeuse.

Ce qui est amusant, c'est que je garde ma clientèle traditionnelle et que mon nombre de mises en plis mémère n'a pas baissé. Je pense que cela amuse beaucoup ces dames tous ces jeunes colorés. Je devrais les faire payer plus cher pour le spectacle et la distraction.

N'empêche que du côté des sentiments, c'est le calme plat. Et quand j'évoque les sentiments, il s'agit d'une litote.




14
mercredi 8 mai 2024 mercredi 8 mai 2019 Allez hop et un 8 mai de passé. Il faut encore que je fasse la caisse, mais je crois que le chiffre est bon. Il y a eu beaucoup d'hommes. C'est bon pour le salon. Pendant que Cédric fait la permanente de Madame T., je fais bien 4 ou 5 coupes à des garçons. Enfin ça c'était avant. Peu à peu, les coupes hommes se font de plus en plus sophistiquées, surtout dans un salon queer. Le cheveu masculin prend le même temps pour se teindre que le cheveu féminin. C'est ballot.

J'ai eu une idée commerciale. J'ai déjà écrit ici ma haine pour les racines de teinture. Il n'y a rien de pire, je trouve, rien qui fasse plus négligé qu'une teinture où ce ne sont presque que les pointes qui sont teintes. Je vais donc proposer une formule abonnement. Je ferai une réduction. En fait j'y gagne énormément. Tout d'abord, je peux mieux programmer la clientèle, mais aussi, j'utilise moins de produit pour une reprise légère  et enfin ça prend moins de temps et ça fidélise la clientèle.

D'ailleurs, je pourrais étendre la formule abonnement à d'autres types de prestations. Je me demande si je ne vais pas louer le magasin d'à côté, qui se libère, pour ouvrir une onglerie. La cliente ou le client qui attend que sa permanente prenne, je l'envoie à côté se faire faire les ongles. Je suis sûr que tous les clients vont y aller. Les hommes d'ordinaire n'osent pas entrer dans une onglerie de peur d'être pris soit pur un pédé soit pour un pervers. Chez moi, aucun risque, avec toutes les folles de la ville et même au-delà.




15
vendredi 10 mai 2024 vendredi 10 mai 2019 Il faut que je dépasse le traumatisme de cette sortie en boîte qui a failli mal tourner. En fait, si j'en examine les bénéfices secondaires, c'est plutôt pas mal. Mais, si je passe tout mon temps à bosser et si je ne sors jamais, je vais finir vieille fille. Il n'y a rien de pire que les vieilles coiffeuses célibataires en province. Il paraît qu'elles se transforment en homme et que leur pousse la moustache. Bien sûr c'est une légende. Je n'aurais désormais aucune difficulté à aller dans des lieux LGBTQI+ mais, le problème est que je ne me sens pas du tout lesbienne. Je crois même pouvoir dire que je suis hétéro super hétéro et que je ne suis attirée que par les mâles cis-genre.

Je sais... Je vais m'inscrire à la salle de gym. Là, il y en a pour tous les goûts et je vais même y rencontrer mes folles préférées... mais pas que.

J'espère que ce n'est pas trop cher, car, je ne roule pas non plus sur l'or.




16
jeudi 16 mai 2024 jeudi 16 mai 2019 Je commence la gym ce soir. Mais à partir de la semaine prochaine, j'irai le lundi soir. Une fois par semaine pour commencer, c'est bien suffisant. Je sais déjà que je vais être pleine de courbatures. Je vais travailler surtout, pour commencer, les abdominaux. Une coiffeuse sans abdominaux commence à avoir mal au dos et une coiffeuse qui a mal au dos vit un enfer.

La salle est un peu loin du salon mais elle n 'est pas chère, ce qui est bon signe. Je n'ai pas envie de me retrouver avec des cadres supérieurs de tous les genres qui ne constitueront de toute façon jamais ni un vivier de relations amicales et amoureuses, ni même de potentiels clients. J'ai choisi aussi la plus familiale et la plus intergénérationnelle que j'ai trouvée. Ça, c'est plutôt ma clientèle et on y trouve aussi les jeunes désargenté·e·s et c'est aussi ma clientèle. Bon on verra bien. En attendant, j'ai acheté une nouvelle tenue pour y aller. Je l'ai achetée sur un site de vêtements d'occasion.

Je me demande bien où le blond Rutène va parfaire sa musculation.
17
jeudi 13 juin 2024
jeudi 13 juin 2019

18
samedi 15 juin 2024
samedi 15 juin 2019
19
mercredi 19 juin 2024
mercredi 19 juin 2019
20
mardi 25 juin 2024
mardi 25 juin 2019
21
mercredi 3 juillet 2024
mercredi 3 juillet 2019

22
samedi 13 juillet 2024
samedi 13 juillet 2019
23
lundi 15 juillet 2024
lundi 15 juillet 2019
24
jeudi 25 juillet 2024
jeudi 25 juillet 2019
25
samedi 27 juillet 2024
samedi 27 juillet 2019
26
mardi 6 août 2024
mardi 6 août 2019

27
jeudi 8 août 2024
jeudi 8 août 2019
28
lundi 12 août 2024
lundi 12 août 2019
29
mercredi 11 septembre 2024
mercredi 11 septembre 2019

30
vendredi 13 septembre 2024
vendredi 13 septembre 2019
31
mercredi 25 septembre 2024
mercredi 25 septembre 2019
32
lundi 7 octobre 2024
lundi 7 octobre 2019

33
jeudi 17 octobre 2024
jeudi 17 octobre 2019
34
lundi 4 novembre 2024
lundi 4 novembre 2019

35
samedi 16 novembre 2024
samedi 16 novembre 2019
36
samedi 30 novembre 2024
samedi 30 novembre 2019
37
mardi 10 décembre 2024
mardi 10 décembre 2019

38
jeudi 12 décembre 2024
jeudi 12 décembre 2019
39
mardi 24 décembre 2024
mardi 24 décembre 2019
40
lundi 30 décembre 2024
lundi 30 décembre 2019